Moscou expulse 60 diplomates américains et ferme le consulat des Etats-Unis à Saint-Pétersbourg

La Russie a pris, jeudi, des mesures similaires à celles décidées lundi par Washington. Les Etats-Unis disent examiner leurs « options ».

Après les Américains, les Européens sont prévenus : Moscou s’apprête à répliquer à tous les pays occidentaux qui, de la France au Canada, de l’Australie au Monténégro, ont participé à l’inédite expulsion collective de plus de 140 diplomates russes. « Tout sera fait de manière symétrique, en termes de nombre de représentants quittant la Russie. Cela en fait pas mal », a insisté, jeudi 29 mars, Sergueï Lavrov, le ministre des affaires étrangères russe.

Il venait d’annoncer que Moscou donnait une semaine à 60 diplomates américains (58 à Moscou, 2 à Iekaterinbourg) pour sortir du territoire russe et deux jours pour fermer leur consulat à Saint-Pétersbourg. Vendredi 30 mars, l’ambassade russe a fait savoir que la Russie expulsera également deux ambassadeurs néerlandais et qu’elle a convoqué les ambassadeurs de neuf pays de l’Union européenne.

« Nous voulons réagir aux décisions absolument inadmissibles prises contre nous », a fustigé M. Lavrov qui, solennel, a dénoncé la solidarité occidentale après l’empoisonnement en Grande-Bretagne, le 4 mars, de l’ex-agent double russe Sergueï Skripal et de sa fille avec un agent innervant militaire de conception russe, le Novitchok.

« Flash mob russophobe »

Pour Sergueï Lavrov, qui qualifie de « propagande » les allégations sur le rôle russe dans l’attaque, et de « provocations » les représailles occidentales, cette affaire est exploitée par un « axe anglo-saxon contraignant tout le monde à suivre une voie antirusse ». Sans vrai débat, la population russe est chauffée à blanc par le Kremlin de Vladimir Poutine. La presse moscovite dénonce une « flash mob [mobilisation éclair] russophobe », selon la formule du quotidien proche du pouvoir Izvestia.

« Le principe de réciprocité sera appliqué à la lettre, assure Andreï Kortounov, directeur du Russian International Affairs Council. La suite dépend de l’équilibre des pouvoirs au Kremlin. Les faucons poussent pour des mesures au-delà de la simple réciprocité. » La fermeture du consulat américain de Saint-Pétersbourg, plus important que le consulat russe de Seattle fermé par les Etats-Unis, est déjà considérée comme une escalade.

« Les Etats-Unis pourront désormais cibler le consulat russe de New York, ce qui amènera la Russie à répliquer plus fort encore », craint Fiodor Loukianov, rédacteur en chef de Russia in Global Affairs. Pour lui, l’annonce des contre-expulsions est soigneusement orchestrée, Moscou visant d’abord les Etats-Unis avant de cibler les autres Occidentaux. « Parce que les Européens dépendent de Washington », affirme M. Loukianov, qui prédit « une nouvelle guerre froide ».

A Washington, le département d’Etat assure se réserver « le droit de répondre ». Parmi les « options » envisagées : saisir des actifs de l’Etat russe ou cibler la compagnie aérienne Aeroflot. En dehors de l’aspect diplomatique, le conflit pourrait aussi s’étendre à l’économie, à la culture, voire au sport.

Le secrétaire général des Nations unies est « très inquiet »

L’ex-star soviétique du patinage artistique Irina Rodnina a déjà appelé les athlètes russes à « ne plus participer à des compétitions aux Etats-Unis ». Hasard ou non, la sélection russe de lutte libre peine à obtenir des visas pour la Coupe du monde à Iowa City, les 7 et 8 avril. « Exemple frappant d’entrave des Etats-Unis », a dénoncé la porte-parole de Sergueï Lavrov.

Dans ce bras de fer, le Kremlin pourrait chercher à épargner l’Europe, « seul territoire où quelques portes restent ouvertes pour la Russie, glisse une source européenne bien informée à Moscou. Notamment afin de ne pas gâcher le Mondial russe de football cet été ». Le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, se dit, lui, « très inquiet » sur l’absence de mécanisme capable d’apaiser les tensions.

Le président Emmanuel Macron, qui, par solidarité avec Londres, a récemment boycotté le stand de la Russie, invitée d’honneur du Salon du livre à Paris, ne songerait pas à annuler son voyage à Saint-Pétersbourg prévu fin mai. « Pour l’instant », a prévenu le ministre français des affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian. « Le voyage est bel et bien en danger », souffle une source diplomatique.

LE MONDE | 29.03.2018 à 19h28 

Facebook Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*