Moussa Ag Infahi, DG de la police sur le couvre-feu : « L’intégrité physique du citoyen est inviolable »

Chargés d’appliquer le couvre-feu, les policiers sont contraints au respect des droits de l’homme. « Aucun ordre ne doit amener un agent de la force publique à violer l’intégrité physique du citoyen« , a averti le directeur général de la police nationale, l’inspecteur général Moussa Ag Infahi.

Sur le respect du couvre-feu, le directeur général de la police nationale, l’inspecteur général Moussa Ag Infahi a réitéré que les mesures en vigueur sont appliquées sur l’ensemble du territoire national.

Sur l’ORTM 1, il a annoncé qu’à la date du 3 avril 2020, les agents de police ont interpelé « 4350 personnes, 639 engins à deux roues et 207 engins à quatre roues ont été mis en fourrière« . Pour lui, la mesure a besoin de la sensibilisation de la population.

« Nous pensons qu’à ce rythme avec tous les autres partenaires, tous ceux qui contribuent à la sensibilisation de la population, nous pouvons dire que la mesure est plus ou moins appliquée« , a-t-il indiqué. Est-ce que tout le monde respecte la mesure ? Le directeur général de la police est revenu sur les exceptions accordées à certaines catégories de citoyens et travailleurs.

« Il y a des services nécessaires auxquels nous avons donné des dérogations spéciales afin qu’ils mènent à bien leurs missions. C’est des services qui interviennent dans l’application de ces mesures. Qu’est-ce qui a justifié le couvre-feu? C’est bien l’état d’urgence sanitaire lié au Covid-19 ainsi les agents de santé sont les premiers sur la ligne de front si on peut le dire« , a expliqué le DG et de motiver ces dérogations.

« Nous avons donné des dérogations spéciales pour que ces services puissent mener à bien leurs missions pendant les heures du couvre-feu« , précisera le chef de la police.

Tolérance zéro

Sur le non-respect des consignes par les agents de la force publique, le directeur général apporte des éclaircissements. « Depuis que le couvre-feu a commencé, mon inspection, c’est-à-dire mon service chargé du contrôle des policiers qu’on appelle la police des polices ; l’inspection est aussi en patrouille pour voir le comportement peu orthodoxe des agents, même l’inspection du ministère de la Sécurité. Donc, jusque ici, nous entendons des cas de violences mais qui ne sont pas avérés« , tranchera le DG.

Certes, le directeur général est ferme sur l’application du couvre-feu mais n’autorise aucune bavure. « Si nous avons la preuve d’un cas de violence alors l’agent sera sanctionné. L’intégrité physique du citoyen doit être respectée. Aucun ordre ne doit amener un agent de la force publique à violer l’intégrité physique du citoyen. Donc c’est tolérance zéro pour la violation de l’intégrité physique du citoyen« , a averti l’inspecteur général Moussa Ag Infahi.

Très engagé dans l’observation du couvre-feu, le DG de la police se soucie également de la protection de ses agents. Pour le cas de l’équipement des policiers contre le Covid-19, Moussa Ag Infahi a affirmé que les efforts sont consentis pour les équiper contre cette pandémie. « Nous sommes au-devant de la scène et nous devons nous protéger« , a-t-il déclaré lors d’une rencontre autour des revendications syndicales, le 2 avril 2020.

Alpha Mahamane Cissé

L’observatoire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *