Orientation sur le Mécanisme de Financement Mondial (GFF) : Vers une coalition nationale des OSC autour du processus

Fournir des outils aux organisations de la société civile (OSC) pour développer une approche d’engagement et un plan d’actions national ainsi que des stratégies pour s’engager aux différentes étapes de la mise en œuvre du GFF des 2019, est l’objectif d’un atelier d’orientation sur le mécanisme de financement mondial qui se tient du 20 au 21 décembre au CNDIFE.

Lancée en 2015, le Mécanisme de financement Mondial en soutien de l’initiative ‘’Chaque femme, chaque enfant ’’ s’est engagé à contribuer à la réduction des décès évitables des mères, nouveau-nés, enfants adolescents d’ici 2030, à travers des financements alignes, coordonnées durables pour la santé de la reproductive, maternelle, néonatale, infantile et la nutrition. Dans le cadre du partenariat GFF, la société civile a un rôle important à jouer pour porter la voix des populations et s’assurer que les engagements des gouvernements sont bien respectés.

Les instances gouvernantes du GFF l’ont bien intégré dans le processus de construction des plateformes nationales mais aussi au niveau internationales. Cependant, les défis restent nombreux (renforcement des capacités, suivi-évaluation) pour aider les OSC à comprendre le processus, le suivi des dossiers d’investissement et le suivi-évaluation des projets implémentes. C’est dans ce contexte que l’atelier a été initié. Il s’agit d’échanger sur les enjeux permettant d’accélérer l’opérationnalisation du régime pour une couverture maladie efficiente et équitable pour tous, améliorer la collaboration et la coopération entre les participants pour faciliter le dialogue national et consensuel des dossiers d’investissements et lancer les activistes de coalition nationale des OSC en faveur de la couverture de la maladie universelle en lien avec le GFF.

Ouvrant l’atelier, la directrice Pays adjointe Action contre la Faim, Diebou Soumaré, dira que la rencontre, est en droite ligne avec les interventions que l’Ong Action Contre la Faim met en œuvre au Mali depuis 1996. Ces interventions, selon elle, ont pour but de combattre les effets et les causes de la faim et des maladies qui mettent à risquent la vie des enfants, femmes et hommes vulnérables. « Depuis 2018, le Mali est le deuxième pays du sahel à avoir officiellement intégré le partenariat GFF. Cette décision traduite la volonté du gouvernement de catalyser et d’aligner les financements externes aux priorités nationales orientés vers l’amélioration du contexte sanitaire et nutritionnel. Le déroulement du processus GFF doit se faire dans un cadre inclusif, participatif et transparent avec l’ensemble des acteurs nationaux et internationaux pour le développement » a fait savoir Mme Diebou.

Le président de la plateforme des OSC, Yaya Zan Konaré, a félicité le gouvernement pour la couverture des régimes d’assurance maladie universelle, adoptée il y a quelques semaines par les parlementaires grâce aux efforts que la société et le gouvernement ont eu à déployer.

Bintou Diarra

mali24.info

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *