Ouverture de la session budgétaire de l’Assemblée nationale : En plus de la loi de finances 2019, 49 autres lois seront examinées par les députés

La salle Modibo Keïta de l’Assemblée nationale a abrité le lundi 1er octobre 2018, la cérémonie solennelle d’ouverture de la session ordinaire d’octobre 2018 de ladite institution. Cette cérémonie était présidée par le président de l’Assemblée nationale du Mali, l’honorable Issaka Sidibé en présence des honorables députés, des membres du gouvernement avec à leur tête, le premier ministre, Soumeylou Boubèye Maïga, les diplomates accrédités au Mali et bien d’autres personnalités. Au cours de cette rentrée parlementaire d’octobre 2018, le président de l’hémicycle, l’honorable Issaka Sidibé a fait savoir qu’en plus de la loi de finances 2019, 49 autres saisines figurent dans leur tableau, parmi lesquelles 26 ratifications d’ordonnance, 21 projets et 2 propositions de loi.

Dans son discours d’ouverture, le président de l’Hémicycle, l’Honorable Issaka Sidibé a non seulement félicité le Premier ministre Soumeylou Boubèye MAIGA pour sa nomination à la tête de la primature, mais aussi,  l’Honorable Yaya SANGARE, qui vient de rejoindre l’équipe gouvernementale en qualité de Ministre des Maliens de l’Extérieur et de l’Intégration Africaine. Selon lui, le menu de la présente session ordinaire sera naturellement centré sur l’examen et le vote du projet de budget d’Etat 2019 que le Gouvernement a soumis à l’approbation de l’Assemblée Nationale. « Après avoir réussi le premier exercice en « mode programmes » en 2018, il va de soi que le vote du budget 2019 sera pour nous la confirmation de notre aptitude à examiner les lois de finances sur la base de la nouvelle présentation budgétaire dans laquelle le Mali s’est engagé. Celle-ci traduit nettement notre volonté politique forte à aller vers plus de transparence et de rigueur dans la gestion publique », a-t-il dit.

Avant d’ajouter que l’objectif global recherché est d’instaurer une culture financière nouvelle, plus démocratique, plus efficace et plus efficiente pour protéger l’utilisation de l’argent public. Il a fait savoir que toutes les structures recevant des fonds de l’Etat devront désormais rendre compte des résultats de leur gestion, en justifiant clairement leurs dépenses jusqu’au dernier centime. « En prélude à l’examen du budget programmes 2019, nous avons bien apprécié le Débat d’Orientation Budgétaire organisé avec le Ministère de l’Economie et des Finances, au mois de juin dernier. L’occasion est bonne pour magnifier les efforts conjugués de l’Assemblée Nationale et du Gouvernement qui ont permis aujourd’hui au Mali d’être classé parmi les 3 premiers pays de l’UEMOA ayant réussi la réforme budgétaire en mode GAR. En plus de la loi de finances 2019, 49 autres saisines figurent dans notre tableau, parmi lesquelles 26 ratifications d’ordonnance, 21 projets et 2 propositions de loi. Je rappelle toutefois que la plupart de ces textes avaient fait l’objet de renvoi lors des sessions précédentes pour des raisons souvent indépendantes de notre volonté », a précisé l’honorable Issaka Sidibé. Il a mis l’accent sur certaines saisines majeures qui sont entre autres : le projet de loi portant loi d’entente nationale ; les projets de loi portant règlement des budgets d’Etat 2014, 2015 et 2016 ;  le projet de loi portant Code des Douanes en République du Mali ; le projet de loi portant institution du Régime d’Assurance Maladie Universelle.

334 lois adoptées durant cette 5ème législature

«Suite aux tensions sociales et à la situation dramatique qui endeuillaient régulièrement nos compatriotes du centre du pays, singulièrement ceux de la Région de Mopti, nous avions décidé, à la fin de la session d’avril, de créer une commission d’enquête parlementaire. Les résultats de ces investigations que nous attendions avec impatience, auraient dû aider l’Assemblée Nationale à mieux appréhender la conduite à tenir face à cette tragédie. En raison cependant de certaines contraintes découlant principalement des préparatifs de l’élection présidentielle, ladite commission n’a pu effectuer sa mission. Toutefois, nous nous réjouissons fortement des nombreuses avancées qu’a connues ce dossier, au cours des derniers mois, grâce aux efforts conjugués de plusieurs acteurs que nous tenons ici à remercier. En tout état de cause, à l’Assemblée Nationale, nous restons toujours convaincus que malgré nos divergences, les relations sociales existant entre maliens, toutes ethnies et communautés confondues, demeureront éternelles », a rappelé l’orateur. A l’en croire, cette session d’octobre est la toute dernière de leur mandat de député de la 5ème Législature. Pour preuve, dit-il, le pays s’apprête à organiser de nouvelles élections législatives dont les dates ont été fixées respectivement au 25 novembre prochain pour le 1er tour et au 16 décembre pour le 2ème tour.

« De janvier 2014 à ce jour, nous avons exercé, avec responsabilité, toutes les fonctions dévolues à l’Assemblée Nationale du Mali. Sur le plan législatif, nous avons adopté, à la date d’aujourd’hui, 334 lois ; 334 lois régissant quasiment tous les domaines de la vie de notre nation. Pour un pays qui sortait de crise, cela relève tout simplement de l’exploit. Nous avons, en plus, examiné et voté 4 Déclarations de Politique Générale, 2 motions de censure, interpellé 2 fois le Gouvernement, organisé 9 séances de questions d’actualité et 18 séances de questions orales », a dit l’honorable Issaka Sidibé. Par ailleurs, il a non seulement souhaité à tous les Elèves et Etudiants du Mali ainsi qu’à l’ensemble du corps enseignant une très bonne année scolaire, mais aussi d’excellentes récoltes pour l’atteinte des objectifs de production agricole. Enfin, il a exprimé sa compassion aux populations sinistrées par les inondations de la saison hivernale.

Avion ou Sogodogo

SourceLerepublicainmali

Facebook Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *