Perquisitions : « L’avocat est là pour rééquilibrer les forces »

ENTRETIEN. Le droit à un avocat lors d’une perquisition pénale a été voté au Sénat, mais la ministre de la Justice résiste. Les arguments de deux avocats.

La scène surréaliste des perquisitions de La France insoumise, avec son armée de policiers, se serait-elle déroulée autrement si un avocat avait assisté Jean-Luc Mélenchon ? C’est en tout cas l’avis du président du Sénat : « J’ai cru que c’était les moyens pour un grand narcotrafiquant […] Tout ce cirque n’aurait pas eu lieu s’il y avait eu la présence d’un avocat », a assuré Gérard Larcher au micro de BFM. Ironie du destin, les sénateurs avaient, deux semaines plus tôt, voté un amendement au projet Justice 2018-2022 de la Chancellerie, prévoyant que « la personne chez qui l’officier de police judiciaire se transporte peut être assistée de son avocat ». Prémonitoire ?

Propos recueillis par 

Facebook Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *