Plus de 40 momies vieilles de plus de 2000 ans dévoilées par l’Égypte

Dans un bon état de conservation, les momies dévoilées ce samedi datent de la dynastie ptolémaïque d’origine grecque (323 à 30 avant J.-C.) et ont été découvertes à Touna el-Gebel, dans le centre du pays.

Elles ont plus de 2000 ans mais sont « en bon état »: plus de 40 momies datant de la dynastie ptolémaïque d’origine grecque (323 à 30 avant J.-C.) ont été dévoilées en grande pompe ce samedi dans des catacombes en Egypte par le ministère des Antiquités.

Pour les contempler, il faut emprunter une fine échelle et descendre un tunnel en pierre étroit de neuf mètres. Sous le sol sableux du site archéologique de Touna el-Gebel à Minya, en Moyenne-Egypte, une vaste pièce donne accès à plusieurs chambres minuscules.

A l’intérieur, des momies brunâtres sont posées à même le sol ou placées dans des cercueils ouverts en argile blanche. De sexes et de tailles différents, elles sont enveloppées de lin ou décorées d’écritures démotiques, une langue égyptienne antique. Certaines portent encore des fragments de carton coloré, un matériau utilisé pour la fabrication de masques funéraires.

Des momies bien conservées

Selon le ministère égyptien des Antiquités, ces hommes et ces femmes, ces enfants et mêmes ces animaux de compagnie ont été découverts dans un tombeau familial appartenant à « la petite bourgeoisie » de l’époque ptolémaïque, du nom de la dernière dynastie pharaonique régnante, d’origine grecque, avant que l’Egypte ne passe sous domination romaine. La reine Cléopâtre en fut la dernière souveraine.

« Tous sont en bon état de conservation », assure le ministère.

Parmi ces momies, douze sont celles d’enfants et six d’animaux, pour la plupart des chiens. « Ces animaux devaient être si chers à leurs propriétaires qu’ils les ont enterrés avec eux », s’amuse Mohamed Ragab, qui a participé aux fouilles de cette mission débutée en février 2018.

Les archéologues en blouses blanches tiennent à montrer qu’ils veillent à leur conservation. Casquette rose vissée sur le crâne et mains gantées, l’un d’entre eux se penche sur un sarcophage pour brosser délicatement une momie au niveau des jambes. Le geste, immortalisé par les objectifs des photographes, est soigné.

L’Egypte, longtemps critiquée pour sa négligence et son manque de rigueur scientifique, tient à montrer qu’elle prend soin de son trésor archéologique. Des ostracons et des fragments de papyrus ont également été découverts sur place. Ils ont été exposés à la surface de cette nécropole de Touna el-Gebel nouvellement découverte.

Source: BFMTV.Com

 

Facebook Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *