Police en deuil : Le sergent Alou Traoré tué par des cailloux de manifestants

Dans son oraison funèbre, le commandant de compagnie a magnifié les valeurs de l’illustre disparu. «  Le jeune sergent Alou Traoré était un policier, discipliné, exemplaire, courageux, et surtout intègre. Il est tombé dans l’exercice de ses fonctions. », a t-il déclaré. Issu de la promotion 2014 et confirmé en août 2018 comme sergent titulaire le jeune Alou Traoré a eu une carrière courte, mais pleine d’enseignements.

Ses camarades sous le choc

Concernant les circonstances de sa mort, elles font l’objet d’interprétations différentes. Le reporter de Mali24 présent à l’enterrement a pu obtenir la version réelle. D’abord   le  sergent Alou Traoré est du Groupement Mobile de Sécurité (GMS)  qui est une réserve nationale spécialisée dans les maintiens d’ordres.

C’est dans ce cadre que le sergent Alou Traoré tout comme d’autres policiers ont été envoyés en renfort au commissariat de police du 6ème arrondissement pour exécuter une grosse de justice concernant la démolition d’une maison d’habitation faisant l’objet de conflits entre héritiers. C’était le lundi 12 novembre à  Bambiabougou (korofina sud)

Les gens révoltés contre cette démolition ont jeté des cailloux sur les démolisseurs. Le sergent  Alou Traoré parmi les autres policiers a été blessé à la tête. Transporté d’urgence au Centre de Santé de Référence de Korofina pour les premiers soins, il fut de nouveau évacué vers les services d’urgence de l’hôpital  Gabriel Touré vu  l’état grave de son cas. C’est là-bas que le jeune sergent a rendu l’âme après quatre jours de soins intenses.

Pas de réaction de la part des autorités

Pendant quatre jours d’hospitalisation, le jeune sergent dans le coma n’a bénéficié la clémence des autorités hiérarchique d’où la révolte de ses camarades. « Malgré nos appels à  l’aide et nos cris de détresses, notre camarade   a passé quatre jours à l’urgence de l’hôpital Gabriel  sans aucune réaction de la part des autorités », s’est  indigné un  camarade de promotion du sergent Alou Traoré. Une négligence notoire qui les autorités notamment le Ministre de la sécurité et de la protection Civile, le Général Salif  Traoré.

Que reproche au  Commandant du Groupement Mobile de Sécurité GMS ?

Selon le décret numéro 97-433 PRM du 31 Décembre 1997, le Groupement Mobile de Sécurité (GMS) est une réserve nationale des forces de police, spécialisées dans le maintien d’ordre.  A ce titre  pour  chaque intervention sur le terrain  les éléments du GMS doivent avoir du matériel de travail de défense et de protection. Ce qui n’était le cas ce jour pour Alou Traoré, ses camarades et les éléments du 6ème arrondissement. Ils étaient sur le terrain en renfort sans  matériels  de protection. Conséquence,  le sergent Traoré a reçu un caillou sur sa tête qui lui a été fatale car il ne portait pas de casque.

Présent  à cette cérémonie d’hommage  le président du Syndicat Autonome de la police (SAP), Bougouna Baba Dembélé s’est incliné devant la mémoire du jeune sergent.  Pour lui, il faut aujourd’hui situer les responsabilités. « Aujourd’hui, le Ministère de la sécurité Intérieure et de la protection civile et  la direction générale de la police  ont failli à leur devoir, car cela fait aujourd’hui  plus d’une année que le GMS n’a pas été doté en  matériel de   travail indispensable pour le maintien d’ordre », a-t-il soutenu.

Si les autorités ont brillé par leur absence à l’assistance de ce jeune sergent mort à la fleur de l’âge, ses frères d’armes et ses camarades de promotions et autres personnes de bonne volonté ont fait un élan de solidarité à son endroit. Ainsi, le Service social   de la police nationale a versé la somme de 100.000FCFA. Quant aux  camarades de promotion, ils ont mobilisé 75.000FCFA et le commissaire Tapa Oury Demba Diallo, commissaire principal du 6ème arrondissement  a offert la somme de  50.000FCFA. Âgé  de 21 ans seulement le sergent Alou Traoré était un célibataire sans enfant. Dors en paix  sergent.

Mohamed Kanouté

mali24.info

Facebook Comments

One Reply to “Police en deuil : Le sergent Alou Traoré tué par des cailloux de manifestants”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *