Postes de contrôle du carrefour de Djenné et Barbé: Un dispositif sécuritaire non sécurisant

L’aggravation et la pérennisation des actions terroristes et de banditisme dans la région de Mopti, ont conduit les autorités de défense et de sécurité à prendre un dispositif sécuritaire rigoureux sur certains axes routiers de la région de Mopti. Ainsi jusqu’à nouvel ordre, à partir de 18 heures, il est interdit à tout véhicule civil (personnel et transport en commun) de franchir les postes de sécurité militaire de Barbé et Djenné. Par conséquent, tout véhicule venant dans le sens Sévaré-San est stoppé à Barbé à partir de 18 heures jusqu’au lendemain à 06 heures du matin. Idem pour ceux voulant se rendre à Mopti-Sévaré venant de San. Leurs passagers doivent passer la nuit, en pleine campagne et à la belle étoile, au poste de contrôle du carrefour de Djenné, pour ne reprendre le départ que le lendemain matin à 06 heures vers leurs destinations diverses.
Mais seulement, le constat est que l’application de ces dispositions sécuritaires en vigueur montre qu’elles sont quasi contre-productives. Au lieu de sécuriser, il se trouve que le dispositif n’est pas de nature à favoriser la sécurité des dizaines de véhicules parqués sur les routes et les centaines de passagers civils obligés de passer la nuit dans des conditions inhumaines, avec le risque d’affronter les précipitations atmosphériques et les reptiles en ces temps d’hivernage.
S’ajoute à ce calvaire, une autre inquiétude, pas des moindres. Le parcage de dizaines, voire de centaines de véhicules et leurs passagers civils importants sur une route nationale en pleine campagne, est source de risques de tous genres et constitue surtout une cible potentielle pour un quelconque malfaiteur. Ainsi, notre rôle de journaliste étant d’alerter les décideurs et les leaders d’opinion, nous ne pouvons écarter aucune hypothèse, fût-elle alarmiste ou extrémiste. Dans l’hypothèse de la survenue d’une probable attaque de bandits ou de terroristes (que nous ne souhaitons nullement) et en sachant bien que le dispositif sécuritaire n’a pas encore d’effectif conséquent, comment pourrait-il protéger tous ces véhicules et leurs nombreux passagers ?
De toutes les façons, les autorités politiques et administratives et les leaders d’opinion sont plus que jamais interpellés pour agir prestement sur leurs homologues en charge des forces de défense et de sécurité, et les amener à réviser intelligemment ce dispositif sécuritaire en vigueur sur l’axe San-Sévaré-Mopti. Il doit être fait pour sécuriser les populations et leurs biens. Mais hélas, actuellement c’est l’effet contraire qui se produit.
Gaoussou Madani Traoré
Source: Le Challenger

Facebook Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *