Presentation des voeux du nouvel an: Mountaga Tall plaide pour la dépénalisation du delit de presse au Mali

Présentation des vœux à la presse : Le CNID Faso Yiriwa Ton respecte la tradition.
« Il faut aujourd’hui dépénaliser les délits de presse au Mali, et protéger les journalistes dans l’exercice de leurs fonctions »
C’est en ces termes que le président du Congrès National d’Initiative Démocratique CNID Me Mountaga TALL a plaidé la cause de la presse ce mardi 30 janvier 2019 lors de la traditionnelle présentation de vœux du nouvel an à la presse.
Pour la vingtième année consécutive, le Bureau Politique National du CNID échange avec la presse sur les grandes questions de la nation, et surtout sur les défis qui entravent son développement.
Au nom du président de la maison de la presse Dado Camara a remercié le président du CNID Faso Yiriwa Ton pour être à l’origine de cette belle initiative qui fait désormais parti des traditions des partis politique et même du gouvernement au Mali à l’endroit des journalistes qui se battent quotidiennement pour conserver et consolider la liberté de la presse, dénominateur commun des autres libertés.
Elle a aussi demandé au CNID Faso Yiriwa Ton de jouer pleinement son rôle pour relever les grands défis auxquels le pays reste confronté, pour son développement
En s’adressant à l’assistance Me Mountaga TALL président du CNID Faso Yiriwa Ton s’est réjoui de la perpétuation de cette tradition de plus de deux décennies entre son parti et la presse. « Cette cérémonie de présentation des vœux à la presse est un moment privilégié de communion et de partage avec les hommes et femmes des medias et de réseaux, qui sont les leaders d’opinion et des témoins vivant de l’actualité. Au- delà de la tradition, nous voyons en cette rencontre un moment privilégié d’échanges sur tous les problèmes que rencontre notre pays dans sa quête de liberté et de mieux être individuel et collectif », a t-il déclaré en substance
Avant d’ajouter « Qu’ au-delà de la nécessaire protection des journalistes qui ont connu une année 2018 difficile (80) morts sans armes autres que la plume ou la camera, et de leur sources, les journalistes maliens ont besoin de mesures d’accompagnement pour rendre leurs entreprises économiquement viable, de traitement égal entre les medias privés et publique. »
Il n’a pas manqué de dire aux autorités d’aller aujourd’hui vers la dépénalisation des délits de presse réclamé à maintes reprises et depuis des nombreuses années ,alors qu’un projet de loi sur la question a été bouclé depuis 2017
Toujours s’adressant à la presse Me Mountaga TALL a prié pour le repos de l’âme de tous ses journalistes qui ont quitté ce monde avant de dénoncer à avec la dernière rigueur la disparition de Birama Touré, d’Issiaka Tamboura, et aussi l’acharnement contre tous ses journalistes qui travaillent nuit et jour pour informer la population.
Mohamed Kanouté
Mali24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *