Présidentielle 2018 : Les jeunes cadres de l’URD au Gabon pour échanger avec les militants

A trois mois des élections présidentielles du 29 juillet prochain, le terrain politique est marqué par les activités des partis politiques. Si certains partis politiques multiplient des réunions nocturnes, des rencontres et assemblées afin d’avoir une large coalition autour d’un candidat, le principal parti de l’opposition malienne, l’Union pour la République et la Démocratie (URD) a opté pour une visite des jeunes cadres à l’intérieur et à l’extérieur du pays. Après les étapes de Sikasso, Ségou et Kayes, la délégation des jeunes cadres de l’URD était, mercredi dernier, au Gabon en Afrique centrale.

Cette étape sous régionale précisément en Afrique centrale a pour objectif de sensibiliser et d’échanger avec les cadres du parti en vue de préparer le terrain à leur candidat pour les élections présidentielles prochaines. La rencontre avec la diaspora malienne au Gabon s’est déroulée dans la salle de conférences de Sporting Mama Patience. Plus de 300 Maliens ont pris part à cette conférence animée par ces jeunes du parti de la poignée de mains.

La délégation de l’URD est composée de Maitre Demba Traoré, chargé de la communication du parti, Dr Madou Diallo, chargé des relations extérieures, Abdrahamane Diarra, président du mouvement national des jeunes et Moussa Sey Diallo, chargé de la communication adjoint du parti. Chacun, comme au début de ce périple, a eu à développer des thèmes comme les enjeux électoraux, la vision du candidat, son parcours sans faute, la crise électorale que traverse le pays avec une proposition de solution et enfin Soumaila Cissé le réformateur. Après avoir remercié les maliens du Gabon pour l’accueil exceptionnel qui leur a été réservé à leur arrivée à l’aéroport de Libreville, Me Demba Traoré a développé les innovations contenues dans la nouvelle loi électorale, avant de souligner les limites du régime en place. C’est dans le même esprit que le Dr Madou Diallo a fait la genèse de la crise malienne, tout en soulignant les difficultés de la mise en œuvre de l’Accord, avant d’exposer les propositions de sortie de crise de l’URD. Il a également salué l’apport exceptionnel des maliens de l’extérieur au développement du pays, eux qui ont injecté plus d’un milliard de dollars dans l’économie nationale 2017, comme l’a souligné un rapport de la Banque Mondiale. Pour lui, ces maliens méritent la reconnaissance et la protection de la Nation. D’où des propositions concrètes pour prendre en charge leurs préoccupations, notamment l’accès aux documents administratifs. Il a également cité l’exemple de certains ayant connu des crises plus profondes que celles du Mali, mais qui constituent aujourd’hui des exemples (Côte d’Ivoire et du Rwanda) grâce au leadership de leurs Chefs d’Etat. Pour lui, il en sera de même pour le Mali avec Soumaila Cissé. C’était le sujet tout trouvé pour le Président de la Jeunesse de l’URD Abdrahamane Diarra pour retracer le parcours exceptionnel du Président de son parti des bancs de l’école aux plus hautes fonctions qu’il a exercées au Mali et à l’extérieur avec tous les honneurs. Le Jeune Diarra a également mis à nu la stratégie de certaines personnes sans foi ni loi qui ont essayé de coller de fausses étiquettes au Chef de file de l’opposition malienne. Quant à Moussa Sey Diallo, c’est avec brio qu’il a développé les qualités de réformateur du Président de l’URD tout au long de sa carrière. De ce fait, il trouve indiqué que e soit lui qui puisse mener avec succès la refondation de la Nation malienne tant souhaité par le Dr Madou Diallo pour lequel il s’agit d’un passage obligé pour mettre un frein à la mauvaise gouvernance, à la corruption et à l’injustice qui minent notre pays.

C’est à la fin des exposés que Me Demba Traoré a lu à l’assistance le message spécial de la délégation. Il s’agit de l’Appel de Libreville dans lequel ils ont tenu à rappeler que les maliens de l’extérieur doivent avoir un accès plus facile et efficace à nos consulats de proximité et être traités avec respect et reconnaissance dans leur pays d’accueil. Pour les jeunes cadres de l’URD, il temps de préserver le Mali de tous les maux dont il souffre justement aujourd’hui plus qu’hier ! Aimer le Mali, C’est le mettre le Mali au dessus de sa famille et de son clan ! Pour eux, il est temps de restaurer l’espoir !

Au Gabon les messages de ces jeunes cadres ont déjà fait tache d’huile d’où la détermination de la diapora à faire de l’URD, la première force politique à l’extérieur. Joyeux pour cette visite de la délégation malienne, le président Mamadou Sacko et Daye Tandia, secrétaire général de la section du parti URD ont exprimé leur satisfaction pour l’importance que le parti de poignée de mains accorde à la diaspora.« Nous vous remercions pour cette visite qui est une marque de considération à notre égard ici au Gabon. Vous avez montré que personne n’est négligée dans le parti de l’Union pour la République et la Démocratie (URD) », déclare le président d’honneur. Pour les reponsables de l’URD cette mission a donné un nouveau souffle au parti et remis les responsables des structures en ordre de bataille.

Les participants se sont proposés de relayer les messages pertinents dans toutes les provinces du Gabon.

Par ailleurs Demba Mamadou Keita, président du conseil supérieur de la diaspora malienne au Gabon a remercié les lieutenants de Soumaila Cissé, tout en espérant que la préoccupation de la diaspora malienne au Gabon sera pris en compte. Rappelons que le mercredi dernier la délégation a fait une série de visites de courtoisie à l’Ambassade du Mali au Gabon puis à des notabilités de la communauté malienne de Libreville, notamment au Haut Conseil des Maliens de l’Extérieur où ils ont pu échanger avec le Conseil des Jeunes Maliens du Gabon qui étaient nombreux dans la salle de conférence. Les jeunes cadres de l’URD garderont longtemps à l’esprit leur visite dans les deux grands marchés de Libreville où ils ont pu toucher les cœurs des commerçants maliens.

Modibo L Fofana

Mali24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *