Programme d’Appui à la Formation Professionnelle : 60.000 personnes formées dans 26 métiers par Swisscontact

Amadou Koita, ministre de l’emploi, de la formation professionnelle et de la construction citoyenne a présidé la cérémonie de clôture du programme d’appui à la formation et l’insertion des jeunes au Mali. A cette occasion, il avait à ses cotés, Marianne Kress, ambassadrice du royaume du Danemark au Mali, Samuel Bon, directeur général de Swisscontact, Gian Carlo Depiecitto, chef de la coopération Suisse au Mali, Frank Merceron et les tous les acteurs concernés. C’était ce mardi 27 novembre à l’hôtel Sofitel de l’amitié de Bamako.

Après 12 ans, Swisscontact a clôturé avec brio son « Programme d’Appui à la Formation Professionnelle (PAFP) » mené au Mali. A rappeler que celui-ci a permis à plus de 60 000 personnes de suivre une formation professionnelle dans leurs pays. Le système de formation professionnelle technique ainsi mis en place au niveau régional s’est révélé être un instrument efficace pour lutter contre le chômage.   Ce programme a été financé par la direction du développement et de la coopération (DDC) et par l’ambassade du royaume du Danemark.

Il faut rappeler que le programme était divisé en quatre phases à l’issue desquelles près de 60 000 personnes ont été formées à 26 métiers. La plupart d’entre elles avaient choisi les secteurs de l’engraissement, du maraichage, de l’élevage de volailles et de la transformation de produits agricoles. Le programme a nécessité la collaboration de plus de 1000 personnes qui étaient responsables de la formation des jeunes et des adultes. Le personnel a été recruté et formé sur place. Il regroupait des collaboratrices et collaborateurs de centres de formation, d’entreprises locales, de groupes d’intérêts économiques et des conseillers en gestion ou encore des ONG.

Samuel BON, directeur général de Swisscontact a indiqué que conformément au calendrier du projet, Swisscontact se retire du programme en fin 2018 et d’ajouter que la fondation laisse au Mali un système de formation professionnelle qui fonctionne. Quant à Drissa Ballo, coordinateur PROCEJ, grâce à l’essor du processus de décentralisation du pays, le système de formation professionnelle instauré par le PAFP a été repris dans son intégralité par les autorités maliennes au niveau régional et national. « La collaboration entre les autorités, le secteur privé et le secteur de la formation est maintenant établie et permettra d’offrir à l’avenir des opportunités de formation professionnelle aux jeunes maliens », a expliqué le coordinateur du Procej.

Amadou Koita, ministre de l’emploi, de la formation professionnelle et de la construction citoyenne, porte-parole du gouvernement a salué la tenue de ce forum de capitalisation des résultats et acquis du programme d’appui à la formation professionnelle. Il a que l’accompagnement de l’Etat ne fera pas défaut dans la pérennisation du programme.

Bourama Camara

mali24.info

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *