Promotion et épanouissement de la femme : Mme Diakité Aïssata Kassa Traoré séduite par l’ASULOST

A sa création en mars 2016, l’Association des sœurs unies des logements sociaux de N’Tabacoro – ASULOST- opté de faire autrement la vie associative féminine. En se lançant dans les activités génératrices de revenus, les dons de sang, l’assainissement pour offrir un cadre sain à leurs enfants et époux.

Invitée le dimanche 19 janvier 2020 par ces femmes, qui œuvrent pour l’épanouissement de leurs sœurs à voir certaines de leurs production, Mme le ministre de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille, Aïssata Kassa Traoré, visiblement séduite, leur a offert des équipements pour les encourager  dans leur combat.

Du savon liquide, du savon en morceaux, des colliers et quelques produits agricoles transformés ont été présentés, le dimanche 19 janvier 2020,par l’Association des sœurs unies des logements sociaux de N’Tabacoro – ASULOST- au ministre de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille, Aïssata Kassa Traoré. Une occasion pour de lui prouver son savoir-faire et son engagement pour l’épanouissement de la femme.

Selon la présidente, Mme Sacko Kadi Kamissoko, l’ASULOST est une jeune association créée le 3 mars 2016 pour la stabilité et l’assainissement de la Cité des logements sociaux de N’Tabacoro. Elle contribue à la santé de la population grâce à des actions allant dans le sens de son bien-être. « C’est dans ce cadre qu’elle a initié et participé activement à des campagnes de dons de sang en partenariat avec le Centre de Transfusion Sanguine, des dépistages du col de l’utérus, la promotion de la planification familiale en partenariat avec le PSI/Mali avec l’assistance de Docteur Sidibé Rosalie, médecin du réseau », a souligné la présidente qui ajoute que l’ASULOST a aussi été active sur le terrain de la lutte contre le VIH/SIDA.

En plus de ces actions, la présidente des ‘’sœurs unies’’ a attiré l’attention du ministre sur un autre volet qui leur tient à cœur. Il s’agit de l’aide aux orphelins. A l’en croire, l’ASULOST avec ses maigres ressources, a apporté son soutien à des orphelins à travers des dons en nature. D’autres orphelins sont sur  leur liste d’attente. Pour leur venir en aide, l’association sollicite le soutien du département. Elle a demandé au ministre d’être son ambassadeur auprès des plus hautes autorités du pays. Car, dit-elle, on ne peut parler de développement local sans l’implication de tous.

En outre, l’ASULOST a besoin de formations au sein de la commune rurale de Kalabancoro, de centre de formation adéquat, de marché et d’espaces de loisir. La présidente a profité de l’occasion pour demander à Mme le ministre de plaider auprès du maire de la commune rurale de Kalabancoro pour l’obtention de parcelles. Au cours de cette cérémonie, la présidente Sacko Kadi Kamissoko a remercié les partenaires comme l’ANPE, l’ONG Al Farouk et les formateurs qui ont soutenu l’association.

Pour Mme le ministre, Aïssata Kassa Traoré, les femmes jouent un rôle-clé dans leurs foyers et au-delà, dans la communauté toute entière à travers notamment leur implication dans la sécurité alimentaire et nutritionnelle, les activités génératrices de revenus, l’amélioration des moyens d’existence et le bien-être général. «Ces facteurs constituent le témoignage éloquent du rôle de la femme dans la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement. C’est pourquoi, le gouvernement du Mali a pris des dispositions à travers le département de la promotion de la femme, de l’enfant et de la famille pour que soient reluisantes, les conditions de vie de ces braves femmes. Des projets et programmes ont été élaborés et mis en œuvre dans ce sens», a déclaré le ministre.

Madame le ministre a salué la belle initiative de partenariat fécond entre l’ASULOST, l’ANPE et l’ONG Al Farouk qui contribue à l’autonomisation économique des femmes de la Cité de Tabacoro à travers la fabrication de différents produits comme le savon liquide, le savon de lessive, Kabacourouni, l’eau de javel, le fonio précuit, etc.

Drissa Togola

Source: Le Challenger

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *