Protection des droits de l’enfant : Une conférence continentale prévue à Addis Abeba du 15 au 17 octobre prochain

En prélude à la conférence continentale sur  les violations graves contre les enfants en situation de conflit en Afrique, l’ONG internationale Save the Children a initié un atelier de consultation préparatoire à la participation des enfants du Mali afin de les édifier sur les concepts et le déroulé de la conférence. C’était à l’hôtel Onomo de Bamako le mercredi 25 septembre dernier.

Cet atelier avait pour objectif de partager avec les enfants et jeunes du Mali affectés (directement ou indirectement) par le conflit, les objectifs de la conférence CAAC d’Addis Abeba ; de recueillir leurs points de vues sur les objectifs de ladite conférence et leurs attentes ; de faciliter la formulation, par les enfants et jeunes eux mêmes, des messages destinés aux participants à la conférence CAAC  d’Addis Abeba et enfin d’adopter un Plan d’engagement avant, pendant et après la Conférence CAAC.

Au terme de l’atelier, les enfants ont formulé leurs souhaits relatifs à la prise en compte de leurs préoccupations qui sont entre autres être impliqués dans le processus de prise de décisions notamment sur le gestion de la problématique des conflits (Suivi de l’accord, Dialogue National Inclusif) ; un renforcement des capacités des organisations d’enfants et de jeunes sur l’ensemble du territoire des instruments juridiques protégeant les enfants. A cela s’ajoutent un accompagnement technique, financier, sécuritaire pour mener des actions de renforcement de capacité des acteurs armés et enfin  la mise en place d’une plateforme/ Réseau Inter-Etats (Mali, Burkina-Faso, Niger, Somalie, Soudan, RDC) de participation des enfants autour de la problématique des graves violations.

Ils ont aussi adressé des messages aux dirigeants africains tels que passez à l’action en mettant en pratique les mécanismes de protections des droit des enfants ; de se donner les mains  pour mettre fin aux conflits à travers des actions qui concourent à la paix ; de prôner sur dialogue Communautaire est la seule voix de sortie de crise ; de travaillez à la mise en œuvre effective  des différents accords signés ainsi que les conventions protégeant les enfants ; de prendre des mesures de sanction contre ceux qui violent les conventions et accords et bien d’autres messages embrassant. A les en croire,  chaque enfant mérite d’être protégé et de jouir pleinement de son enfance : Stop à la Guerre contre les Enfants.

Bourama Camara

Mali24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *