Report du Championnat national de football : Pourquoi le ministre a raison ?

Un simple avis suggérant le report de la compétition pour des raisons de cohésion nationale a valu au ministre Sidibé la foudre du Collectif des Ligues, clubs et Associations majoritaires de la Fédération malienne de football et autres acteurs qui voient en son action des velléités d’ingérence et de troubles susceptibles de faire perdre au Mali des prérogatives au plan international.

Ce collectif sous la plume discourtoise et virulente de son président, Mamadou Dipa Fane, dénonce avec véhémence « l’immixtion du Ministre des sports dans les affaires de la Fédération Malienne de Football, condamne avec la dernière rigueur la volonté du Ministre des sports d’empêcher le CoNor de mener à bien le processus de normalisation du football malien et de résoudre définitivement la crise qu’il traverse ».

La mise en place du bureau fédéral, gage de consensus, peut effectivement servir de moteur dans l’apaisement de la crise que traverse le football depuis de très long mois.

Pas besoin en effet d’expertise pour cerner la teneur du message que le ministre des Sports à bien voulu partager avec les responsables du Comité de normalisation du football (CoNor) le 31 décembre dernier à la faveur d’une rencontre provoquée par le premier responsable du département. « L’organisation du Championnat national pourrait engendrer des troubles à un moment où la paix et la sécurité sociale sont affectées » a indiqué Jean Claude Sidibé, invitant ses partenaires à sursoir à l’organisation de la compétition jusqu’à la mise en place du nouveau bureau fédéral.

Voilà ce qui est clair. Aucune volonté donc d’immixtion sinon d’imposer un quelconque diktat à qui que ce soit ou encore de tordre le bras au CoNor.

 

A qui profite le chaos ?

 

En tout état de cause, la méthodologie du CoNor frise le mépris vis-à-vis d’un responsable hiérarchique et du gouvernement dont la seule mission est de privilégier l’intérêt public en toute chose. La publication de listes d’équipes devant prendre part au championnat national via les réseaux sociaux témoigne d’une forme de pilotage à vue et d’unilatéralisme malicieusement souhaité par certains acteurs qui n’ont certainement pas intérêt à voir la sérénité regagner les rangs du football malien. Lui (le CoNor) dont le mandat a été prorogé plusieurs fois devrait plutôt faire de la concertation et du consensus son cheval de bataille afin de parvenir à une accélération de la sortie de crise.

 

Non ! La crise du football ne devrait pas en rajouter à celle sécuritaire que subit de plein fouet le pays. Un « fair play » en guise de soutien et de compassion vis-à-vis de la situation que le Mali traverse depuis quelques années serait un important apport des acteurs du ballon rond. L’unité et la stabilité du Mali comme préalable peut aussi et sans doute favoriser un climat de rayonnement des équipes nationales au plan international.

Voilà toute la conviction du ministre des Sport, Jean Claude Sidibé. Son péché aura été d’émettre un avis non moins important au CoNor lui proposant de sursoir à l’organisation de la compétition jusqu’à une période propice.

 

 

Vivement la communion au sein des acteurs du sport roi pour une sortie de crise globale.

 

Par D. Dembélé

Mali24

3 Replies to “Report du Championnat national de football : Pourquoi le ministre a raison ?”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *