Secteur de la santé : vers une autre Grève

Les locaux de la salle de conférence de la Confédération Syndicale des Travailleurs du  Mali (CSTM) ont servit de cadre  ce mardi 06 Novembre 2018 pour la tenue d’un point de presse.

Initiée par  la plate –forme des syndicats de la santé du Mali, et de la fédération des  syndicats de la santé et de l’action sociale du Mali,la présente rencontre avec les hommes de medias avait pour but  de faire une évaluation de la situation du secteur de la santé d’une part, et d’autre part faire le point sur le protocole d’accord signé entre le gouvernement et la plateforme des syndicats de la santé le 25 Juillet 2018.

D’abord celle de  Dr Siaka Keita secrétaire général du Syndicat des Médecins du Mali, qui après avoir planté le décor a remercié les journalistes pour leur présence à cette rencontre si importante qu’elle qualifie de mise au point.

Beaucoup d’informations contradictoires ont alimenté  les débats à Bamako et dans les régions  autour de nos revendications, et il était temps pour les médecins de briser enfin le silence et de faire le point.

Pour Dr Siaka Keita  depuis la signature du protocole avec le gouvernement le 25 Juillet 2018 les choses n’ont pas bougé.

« Nous constatons une négligence et voir même du mépris du gouvernement face aux contenus de ce  protocole d’accord » déclare –t-il.

Les deux commissions mise en place à savoir : la commission statut agent  de la santé, et la commission, enseignementsupérieur, recherchescientifique, et fonction publique des collectivités) n’ont fait aucune rencontre à plus forte raison faire des propositions  à la plateforme. Par contre selon le conférencier les  deux commissions ont été mises en place par le gouvernement.

« Notre correspondance en date du 15 Octobre 2018 déposée au niveau du Ministère du travail et de la Fonction Publique n’a pas été répondue » a –t- il déploré Dr Keita.

Toujours dans sa  logique de  donner une chance aux dialogues, Dr Keita dit ne pas comprendre  cette prise de position du gouvernement face aux revendications des agents de la santé qui est pourtant un secteur très stratégique dans notre pays. « On se souvient encore des conséquences de la grève passée » a t-il soutenu.

C’est ainsi que les agents de la sante  sans être des vas  t’en guerre donnent une chance aux dialogues et  à la négociation, et  15 jours de grâce  au gouvernement pour agir. Une fois passé ce délai  les agents de la santé passeront à l’offensive  à travers une série d’actions.

Pour sa part Cissé Seybou au nom  de la Fédération des syndicats  de la santé et de l’action Sociale   dans son intervention a  demandé au gouvernement de tout mettre en œuvre pour éviter une autre grève  du secteur de la santé dont les conséquences seront énormes sur la population surtout pour  les couches défavorisées.

Concernant  des conditions de travail  des agents de la santé Dr Cissé Seybou pense qu’il faut aujourd’hui revaloriser le statut de médecin.  Ce qui est deplorable un médecin  avec baccalauréat plus Sept ans est payé à moins de  200.000 FCFA /mois et les primes de garde moins de 2000/heures.

Pour redorer  le blason les médecins  proposent l’adoption  du statut avec  une nouvelle grille salariale comme défini dans le protocole d’accord.

Kanouté Mohamed

Mali24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *