Sécurité sanitaire des aliments : le projet du fonds fiduciaire 2 de la FAO/OMS pour le Mali lancé

Dans le cadre du renforcement des capacités des acteurs nationaux pour le renforcement de la sécurité sanitaire des aliments au Mali, M. Sékou Oumar Dembélé conseiller technique du ministère de la santé et des affaires sociales a présidé le lancement dudit projet. C’était ce jeudi 12 septembre au centre international de conférence de Bamako (CICB).
L’atelier du lancement du nouveau projet du Fonds Fiduciaire pour la République du Mali avait comme objectif principal d’informer et de sensibiliser toutes les parties prenantes de la sécurité sanitaire des aliments et à la nutrition dans le pays, sur le nouveau projet afin d’obtenir leur adhésion aux activités et à la vision du Codex alimentarius.
La FAO et l’OMS ont lancé une initiative de Fonds fiduciaire du Codex sous l’application de Fonds fiduciaire 2, dont l’objectif est d’apporter un soutien financier et technique aux pays en développement et aux pays à économie en transition qui contribuera à renforcer leurs capacités pour une participation efficace aux activités de la Commission du Codex Alimentarius.
La République du Mali, à travers son Comité National du Codex, bénéficiera d’un financement de trois ans du Fonds Fiduciaire de 85 millions de FCFA soit 2019-2022 pour le renforcement des capacités du pays et son Comité national à participer efficacement aux activités de la Commission du Codex Alimentarius.
Pour le Représentant Adjoint de la FAO au Mali, ce fonds permet d’aider les pays à mettre en place et à renforcer de manière durable les structures nationales du Codex en levant les obstacles spécifiques existant au niveau national qui empêchent une participation efficace au Codex au niveau national, régional et international. A l’en croire, l’objectif recherché est de permettre à ces pays de participer effectivement aux activités du Codex de façon pérenne.
« Quand on parle de la sécurité sanitaire des aliments, tous les pays doivent assurer cette sécurité sanitaire, nous en assurons déjà mais il faut la renforcer », a expliqué M. Sékou Oumar Dembélé du ministère de la santé et des affaires sociales après avoir rappelé l’importance du projet à l’assistance. Il a cependant rassuré les initiateurs l’utilisation efficiente des fonds.
Bourama Camara
Mali24.info

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *