Après le départ du PDG du PMU-Mali : Des individus de mauvaise foi s’activent à faire échouer le processus d’informatisation: le DGA vivement alerté !

Alerte aux pompes funèbres ! Le processus d’informatisation du Pari Mutuel Urbain du Mali (PMU) est aujourd’hui mis à mal par des gens mal intentionnés au sein de la boîte, depuis le départ de Arouna Modibo Touré, ancien PDG.

Avant de faire ses cartons, ce dernier avait réussi à valider un plan d’informatisation du réseau des tickets du PMU-Mali. Et l’initiative avait amélioré la transparence de la société, tant sollicitée par les autorités. Mieux, elle fut appréciée par les turfistes qui depuis une vingtaine d’années étaient devenus des parieurs « pas rieurs ». En bloc, tout le monde a fredonné. Mais depuis le départ du PDG Arouna Modibo Touré, alias « Papou », des responsables du PMU-Mali, qui nagent en eau trouble, multiplient les manœuvres dolosives, de connivence avec le réseau des revendeurs de tickets, afin de mettre en échec, ce projet promu à un bel avenir. Et pour cette raison, ces zombies ne manquent plus de subterfuges pour jeter, d’un côté, le discrédit sur les prouesses et les innovations engagées par l’ex-PDG du Pari Mutuel Urbain du Mali; et de l’autre, ternir l’image de sa personne.

Mais selon des sources, des dossiers sur des cas de fraudes avérées sont en phase d’être acheminer au niveau du Pôle économique. Du coup, c’est le sauve-qui-peut général au PMU-Mali. Mais pour les auteurs de ces fautes graves, il s’agit désormais de toucher au talon d’Achille du PMU-Mali. Tout en vouant aux gémonies, les innovations salvatrices de son initiateur, Arouna Modibo Touré alias  « Papou »

Le PMU-Mali, au bord de l’implosion

Avec le départ de Papou et avec des gens mal intentionnés qui s’opposent à l’informatisation du PMU-Mali, afin de continuer à se sucrer sur le dos des parieurs et  de l’État malien, la société sera malade. Malade de la chute vertigineuse de ses recettes. Malade, aussi, du vague à l’âme  des « pas rieurs », pardon, des parieurs, et des gagnants, devenus désormais, des perdants.

« La fortune aux parieurs, le bénéfice à la nation », tel est le refrain du pari mutuel urbain. Cela ne sera plus pérenne au PMU-Mali, sans l’informatisation. En bloc, cette chanson est en phase d’être jetée aux écuries par des zombies tapis dans les dédales de la société. Et le DGA du PMU-Mali, Kafoco Coulibaly, est vivement interpellé. Car, sans l’aboutissement de cette informatisation du PMU, la fortune ne sera plus aux parieurs encore moins le bénéfice à la nation. Pire, les paiements des couplés, des tiercés et des quartés se feront au compte –gouttes. Voire, aux lance –pierre. Plus grave encore, les bénéfices ne séduiront plus la nation. Une véritable descente aux fers pour les chevaux. Du coup, au sein des actionnaires de la société, la baisse des parts provoquera l’ire de plus d’un.

En clair, les parieurs et les vendeurs de journaux hippiques, tout comme les employés des écuries, sont unanimes : le Pari Mutuel Urbain du Mali a connu son rayonnement avec Arouna Modibo Touré. Et sans  l’informatisation, la société est au bord du précipice. Avec à la clé, des parieurs « pas rieurs ».

Jean Pierre James

Source : Nouveau Reveil

Ajouter un Commentaire


© Copyright MALI 24 – Avenir Média/Mali 2013. Tous droits réservés