SOUS EMBARGO JUSQU’AU 15 OCTOBRE 2019 :les enfants affectes par les conflits armesen Afrique appellent les gouvernements a prendre des mesures pour proteger les plus vulnerables

FAITS

–      152 millions d’enfants africains – soit un enfant sur quatre – vivent dans une zone de conflit.

–      Un cinquième des enfants du monde qui vivent dans des zones de conflit sont en Afrique.

–      Plus d’un tiers de tous les conflits impliquent des violences sexuelles contre des enfants.

–      19 000 nouveaux enfants recrutés dans des groupes armés au Sud Soudan depuis décembre 2013.

–      Près de 1500 enfants mutilés par les forces armées dans six pays africains en 2018.

–      Quelque 5 millions d’enfants africains ont été tués par des maladies liées aux conflits ou par la faim au cours des 20 dernières années.

–      Plus de 2 000 enfants ont été enlevés en Somalie, en RDC et au Nigéria en 2018.

*Voir les notes aux rédactions

Addis Abeba, 15 octobre 2019 –Des enfants et des jeunes d’Éthiopie, du Mali, du Soudan du Sud, du Nigéria et de la République démocratique du Congo convergent aujourd’hui à Addis-Abeba pour exiger que les décideurs africains apportent des changements dans leurs pays afin de garantir la sécurité des enfants en période de conflit.

Les enfants et les jeunes se réunissent à Addis-Abeba du 15 au 17 octobre dans le cadre de la première Conférence panafricaine sur les enfants et les conflits armés, organisée par l’organisation des droits de l’enfant African Child Policy Forum (ACPF) et l’ONG internationale Save the Children, avec le soutien financier de l’Agence suédoise de coopération internationale pour le développement.

La conférence réunira des enfants et des jeunes aux côtés de délégués de l’Union africaine, de représentants gouvernementaux et de décideurs politiques, d’experts en protection de l’enfance, de membres du monde universitaire et de la société civile, pour discuter de la façon dont les mécanismes internationaux et régionaux peuvent mieux protéger les enfants touchés par les conflits armés en Afrique. La conférence se veut à la fois un appel aux décideurs politiques dans les pays africains touchés par les conflits et une plate-forme pour élaborer une feuille de route pour la protection des enfants en situation de conflit.

“La guerre contre les enfants d’Afrique persiste et s’aggrave », a déclaré le Dr Assefa Bequele, Directeur exécutif de ACPF. « Les dirigeants africains ne protègent pas assezleurs enfants contre les horreurs de la guerre. Malgré les résolutions répétées du Conseil de sécurité de l’ONU, les conventions internationales et les accords régionaux, les enfants africains continuent de souffrir. Les progrès en matière de protection sont lamentablement lents, et les auteurs de crimes de guerre et de violations graves sont rarement traduits en justice. »

Le nouveau rapport de ACPF, In the Firing Line : The War on Africa’s Children, révèle que des centaines de milliers d’enfants meurent chaque année à cause de la malnutrition, des maladies et de la dégradation des soins de santé, de l’eau et de l’assainissement provoqués par les conflits.

Au moins un enfant africain sur quatre vit dans une zone de conflit et le nombre de « violations graves » contre les enfants a presque triplé depuis 2010, selon le rapport de Save the Children,Stop the War on Children, publié en février 2019.

“Nous exhortons l’ONU, l’Union africaine et les parties en conflit à mettre fin aux nombreuses guerres sur le continent et à intensifier les mesures de protection des enfants touchés par les conflits “, a déclaré Helena Thybell, Directrice de Save the Children Suède. “ Nous exigeons que les enfants qui vivent dans des zones de conflit bénéficient de la sécurité, de la justice et de l’aide pratique dont ils ont besoin pour se rétablir.”

“Les gouvernements africains doivent prendre toutes les mesures nécessaires pour mettre fin aux assassinats, mutilations, enlèvements, violences sexuelles, recrutement et utilisation d’enfants dans les conflits armés, et cesser les attaques contre les écoles, les hôpitaux et les opérations humanitaires. Ils doivent veiller à ce que les auteurs des violations contre les enfants soient tenus responsables”, ajoute-t-elle.

Dr Assefa Bequele a souligné que « la guerre contre les enfants africains, souvent sous-estimée, est exacerbée par l’insécurité alimentaire, le changement climatique, la mauvaise gouvernance, l’absence d’État de droit, la corruption, les tensions intercommunales et l’extrémisme violent. Le sous-développement chronique, la guerre civile, l’instabilité politique et le terrorisme ont créé des situations d’enlèvements d’enfants, de recrutement forcé, de viol et de trafic. La protection des enfants dans les zones de conflit en Afrique est faible, fragmentée et sous-financée.

“Nous espérons que la Conférence panafricaine sur les enfants et les conflits armés envoie un message clair à l’ONU, à l’UA, à tous les acteurs des conflits et aux dirigeants politiques africains. Ces tragédies se produisent sous nos yeux, et nous ne protégeons pas actuellement les enfants touchés par les conflits armés ”, a déclaré le Dr Bequele.

Fatou*, 14 ans, du Mali, a déclaré : « Grandir dans une zone de conflit prive des enfants comme moi du droit à une éducation, à la sécurité et à un avenir empreint d’espoir. J’ai des amis qui ont perdu des êtres chers, qui ne peuvent pas dormir la nuit à cause de situations traumatisantes qu’ils ont vécues. Je veux dire aux dirigeants mondiaux que trop c’est trop. »

(*Le nom Fatou est un pseudonyme)

FIN

À propos de l’ACPF : African Child Policy Forum (ACPF) est un centre panafricain indépendant sans but lucratif, de recherche politique et de plaidoyer axé sur l’enfant africain. Il a été créée en 2003 pour suivre la situation de l’enfant africain etamener les Africains à reconnaître leur responsabilité d’assurer collectivement la réalisation de tous les droits de tous les enfants.Plusd’informations à http://africanchildforum.org/

À propos de Save the Children : Il y a 100 ans, une femme courageuse nommée Eglantyne Jebb a fondé Save the Children en réponse aux terribles souffrances auxquelles les enfants étaient confrontés à la suite de la guerre. Save the Children est aujourd’hui une organisation mondiale composée de 29 membres nationaux et de Save the Children International. Nous défendons les droits et les intérêts des enfants dans le monde entier, en accordant la priorité aux enfants les plus vulnérables. Avec 25 000 employés dévoués dans 120 pays, nous intervenons en cas d’urgence majeure, offrons des programmes de développement novateurs et veillons à ce que la voix des enfants soit entendue dans le cadre de notre campagne visant à bâtir un meilleur avenir pour et avec les enfants.

À propos de la Conférence panafricaine sur les enfants et les conflits armés : La conférence est organisée conjointement par le African Child Policy Forum (ACPF) et Save the Children, et est soutenue par l’UA et l’ONU. Il vise à attirer l’attention et à galvaniser l’action continentale, mondiale et nationale pour prévenir les violations contre les enfants dans le contexte des conflits armés et y réagir. Pour en savoir plus, visitez cac.africachildforum.org.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *