Terrorisme: Le logisticien prend la perpétuité

Pris en mars 2020 par Barkhane, un présumé logisticien d’un groupe terroriste, Hadadoum Ag Idar, âgé de 18 ans, a été condamné le vendredi dernier par la Cour d’Assises à la perpétuité et à 10 millions de F CFA d’amende.

A l’audience du vendredi 8 octobre 2021, cette session de la Cour d’Assises consacrée exclusivement aux affaires terroristes, a reconnu la culpabilité de Hadadoum Ag Idar. Il a été condamné à la perpétuité et au paiement d’une amende de 10 millions de F CFA.

Hadadoun AG Idar a été capturé le 23 mars 2020 à proximité de la localité d’In-aneidada (Ménaka) par la force barkhane, pour suspicion d’intelligence avec des groupes armés terroristes intervenant dans le sud Sahara. Il a été transféré aux autorités maliennes le 6 avril 2020 avec un carton contenant d’importantes quantités de matériels médicaux destinés au traitement des blessés terroristes.

Sur instruction du procureur de la République en charge du pôle judicaire spécialisées, une enquête a été ouverte par la Brigade d’investigation spécialisée qui aboutit à la poursuite et à l’inculpation du nommé Hadadoum Ag Idar, soupçonné d’avoir commis des faits d’actes de terrorisme.

Tout au long de l’instruction judiciaire, M. Ag Idar a nié les faits qui lui sont reprochés. Il soutient qu’il a intégré le MSA en tant que combattant pendant 4 mois, qu’il était un combattant doté d’un PM avec 2 chargeurs dont 3 garnis et qu’il a participé à des combats contre des groupes terroristes au niveau de la frontière Mali-Niger sans faire usage de son arme, qu’il a combattu avec les FAmAs et la force Barkhane. Toutefois, il n’a pas pu rapporter la preuve de son appartenance au MSA ni un quelconque combat mené par lui avec les FAmAs et barkhane.

Les pièces du dossier d’inculpation montrent qu’il a été capturé en possession d’un grand carton contenant une quantité de matériels médicaux, dont il s’est empressé de se débarrasser, des seringues, antibiotiques, pansements, kits de perfusion, destinés au traitement des blessures des membres du groupe armé terroriste.

Ces faits sont prévus et punis par les dispositions des articles 6 ,6.2 ,7 et 13 de la loi n◦ 08-025 du 23 juillet portant répression du terrorisme en République du Mali pouvant donner lieu à l’application des peines criminelles.

Aboubacar Sidiki Diarra 

(stagiaire)

Source: Mali Tribune

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *