Yacouba Katilé à la fête du 1er mai 2019:‘’Je suis insatisfait et même vexé’’

Le Mali, à l’instar des autres pays du monde, a célébré le 1er mai, la fête des travailleurs. L’Union Nationale des Travailleurs du Mali (UNTM) a magnifié l’événement à travers un défilé de ses membres sur le Boulevard de l’indépendance. Le Secrétaire général, Yacouba Katilé, a profité de cette occasion pour exprimer devant ses militants son indignation face aux conditions de vie qui restent dérisoires, comme en 2018. Il se dit insatisfait et même vexé face à cette situation.

Ils étaient nombreux, les syndicats affiliés à la centrale, à faire le déplacement au Boulevard de l’indépendance, pour célébrer cette journée. Sur les pancartes, les messages réaffirment, dans la plupart des cas, l’engagement des différents syndicats à défendre les intérêts de leurs membres.

Le Secrétaire général, Yacouba Katilé, s’adressant à ses militants, a résumé les difficultés et les attentes non comblées de l’UNTM. Selon lui, c’est en homme insatisfait et même vexé qu’il se présente à la fête du 1er mai 2019. « Insatisfait, compte tenu des conditions de vie toujours comme l’année 2018 malgré les récents accords et des mesures tendant à infléchir la courbe de la cherté de la vie ». A l’en croire, les denrées de première nécessité ont certes diminué de prix, rendant leur accès moins pénible, mais la pauvreté généralisée est telle que l’impact est peu visible. « L’accès à l’énergie et à l’électricité, malgré le blocage des tarifs, reste problématique à cause des coupures intempestives de courant qui empêchent une frange importante des travailleurs et travailleuses de produire pour vivre ».

Sur la question cruciale de l’eau potable, Katilé dénonce que des quartiers périphériques du district de Bamako, des villages et autres villes de l’intérieur du pays souffrent encore du manque d’eau et de la qualité de l’eau. « Il est nécessaire d’en finir avec ces drames répétitifs », a-t-il prévenu.

Le Secrétaire général de l’UNTM dénonce la forme insidieuse d’anti-syndicalistes visible à travers des consultations dignes d’intérêts, pour recueillir leur avis sur la destinée du Mali. Il se dit vexé devant les obstacles érigés dans la mise en œuvre des accords, du reste inéquitables, injustes par endroits. « Je suis vexé par les défis, les bravades dans une conjugaison de haine et de violences sanglantes perpétrées par des bandits et leurs alliés fanatiques religieux, tous trafiquants endurcis de drogue, d’armes et de munition qui endeuillent les paisibles populations sous l’œil indifférent de leurs amis français, belges, suisses, canadiens, américains et Onusiens », s’indigne Yacouba Katilé.

Drissa Togola

Le challenger

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *