16 jours d’activisme contre les violences faites femmes et les filles : Le ministre Wadidié Founè Coulibaly demande l’engagement de tous…!

La ville légendaire de Kangaba dans le mandé profonds a abrité la cérémonie officielle de lancement des 16 jours d’activisme contre les violences faites contre les femmes et les filles le jeudi 25 novembre 2021. C’était en présence de Mateusz Prorok, chef d’équipe/Team Leader Gouvernance-Economie-Secteurs sociaux Section Coopération, représentant l’Union européenne, les autorités coutumières et administratives, Mme Beatrice Euyoung de l’ONUFEMME et un parterre des invités.

A l’instar de la communauté internationale, notre pays célèbre chaque année, la campagne des 16 jours d’activisme. Deux dates importantes marquent le début et la fin de la Campagne à savoir : le 26 Novembre comme Journée Internationale pour l’élimination de la violence contre les femmes et le 10 décembre comme Journée Internationale des droits de l’homme. 

Les thèmes retenus cette année au niveau international « Orangez le monde : Mettre fin à la violence contre les femmes maintenant » et au niveau national : « La fin de la violence contre les femmes et les filles : une priorité pour le Mali, Je m’engage ! ».

A rappeler quependant cette campagne des 16 jours d’activisme, les activités porteront sur  l’information et la sensibilisation des communautés, des scolaires et des universitaires sur l’ampleur et les conséquences des violences faites aux femmes et aux filles, l’incitation des survivantes et des communautés à dénoncer immédiatement les auteurs de violences , la formation et le plaidoyer à l’endroit  des décideurs.

L’honneur étant aux femmes à travers cette cérémonie, N’Ba Doumbia, représentante des femmes de Kangaba a soumis les doléances de ses sœurs au ministre de la promotion de la femme de l’enfant et de la famille. Parmi les gros points de cette doléance on a entre autres, la formation continue des femmes, l’emploi des jeunes, le faible taux de scolarisation des filles mais aussi et surtout l’incident ayant opposé les Chinois aux femmes de Kangaba sur les zones d’orpaillage.

Abondant dans le même sens que Mateusz Prorok, Mme Beatrice Euyong, a marqué sa volonté commune à œuvrer sans relâche contre les violences faites contre les femmes et les filles.

Le ministre de la PFEF a indiqué que la violence à l’égard des femmes et des filles est l’une des violations des droits fondamentaux les plus fréquentes dans le monde. Elle se manifeste sous plusieurs formes a-t-elle ajouté.

Les principaux facteurs de risque de la violence à l’égard des femmes et des filles selon Wadidié Founé Coulibaly ont été exacerbés par l’insécurité et la pandémie de COVID 19. Les chiffres parlent.

« A l’échelle mondiale, on estime qu’une femme sur trois, est victime de violence physique au cours de son existence. Selon l’Enquête Démographique et de Santé du Mali (EDSM-VI 2018), au moins 45 % des femmes de 15 à 49 ans ont subi des actes de violence physique ou sexuelle ; environ la moitié des femmes (soit 49 %) de la même tranche, en union ou en rupture d’union ont subi des violences émotionnelles, psychologiques, physiques et/ou sexuelles. Parmi les victimes, 68 % n’ont jamais recherché d’aide et n’en ont jamais parlé à personne » a rappelé le MPFEF.

En saisissant  cette occasion, Wadidié Founé Coulibaly a  souligné que la prévention et la lutte contre les violences basées sur le genre sous toutes ses formes, les pratiques néfastes, ainsi que la promotion de l’accès à la Santé de la reproduction, ont toujours été un sujet de préoccupation majeure. Pour lui, l’autonomisation des femmes et l’égalité des sexes passent nécessairement par l’élimination de toutes les formes de violences à l’égard des femmes et des filles, des pratiques néfastes à leur santé, ainsi que le renforcement des capacités et l’accompagnement de qualité des victimes.

A cet effet, elle a demandé l’engagement de tous et à tous les niveaux pour mettre fin aux violences faites aux femmes et aux filles.

Bourama Camara

Source : mali24.info

Laisser un commentaire