5éme Audience Publique de la CVJR : Émouvants témoignages de femmes et enfants, victimes de violences sexuelles et de conflits

mali24

Une journée très difficile, que les Maliens ont vécuedans leurs chairs et âme, lors de la cinquième audience publique de la Commission Vérité, Justice et Réconciliation (CVJR), tenue le samedi 11 juin sous le thème “Femmes victimes de violences sexuelles et enfants victimes de conflits.” Des femmes et leurs enfants, survivants de violations graves de leurs droits, des enfants à travers leur courage ont ouvert leurscœurs, en faisant revivre des souvenirs douloureux et traumatisants, des atrocités vécues dont ils ont témoigné pour la première fois devant l’ensemble de la nation malienne.

A cette cinquième audience publique de la CVJR, des millions de Maliennes et Maliens les larmes aux yeux, ont pu entendre des témoignages émouvants, qui ont profondément affecté les uns et les autres et incité à réfléchir profondément sur le sort réservé aux femmes et aux enfants victimes des conflits. Les témoignages entendus à ce jour ne sont qu’un petit échantillon de plus de 28 600 dépositions reçues par la CVJR, dont la moitié pardes femmes et un nombre important d’enfants. C’est pour cela que nous louons le courage et la générosité de ces femmes, garçons et filles qui ont accepté de partager leurs expériences avec la communauté nationale et internationale. Il s’agissait de porter un regard introspectif sur nous-mêmes, afin de susciter une prise de conscience collective en tant que nation décidée à tirer les leçons du passé pour construire un avenir meilleur pour ses enfants. Car, la construction de la paix ne consiste ni à masquer la vérité, ni à ignorer le passé, mais à en tirer des leçons afin de rendre possible un futur plus apaisé pour nos enfants de Kayes à Kidal. Nous devons admettre que le pardon, qui demeure encore dans notre société une valeur forte ne trouvera son chemin qu’à travers la reconnaissance de la vérité. Car, la vérité est sans aucun doute l’un des principes moraux les plus élevés et une citoyenneté fondée sur la vérité demeure la base la plus sûre pour bâtir une nation forte et unie.

Il faut noter que la souffrance des victimes, exprimée lors cette Audience Publique, a été ressentie et partagée par tous les maliens et toutes les maliennes, car leur vécu fait de frustrations, de meurtrissures, de colère, d’abus et de violation, ne saurait être exonéré par quelques raisons ou prétextes que ce soit. « La souffrance des victimes que nous avons entendues avec une forte émotion lors des audiences passées et celles qui seront faites au cours de la présente Audience Publique, sont le reflet du miroir de la société malienne contemporaine. Ces souffrances sont aussi celles de tous les Maliens et de toutes les Maliennes. Car l’histoire des victimes est notre histoire commune à tous ; c’est l’histoire récente de notre pays que nul ne doit oublier, effacer ou nier. C’est la nation entière qui est meurtrie chaque fois qu’un de nos concitoyens est victime de violations graves de ses droits, surtout lorsqu’il s’agit d’une femme ou d’un enfant. Nous en appelons à la mobilisation de toutes les forces vives du pays pour rejeter la violence sous toutes ses formes. Car, le Mali doit tourner cette page douloureuse de son histoire pour redevenir ce que qu’il n’aurait jamais dût cesser d’être, à savoir une terre de fraternité, de paix, une terre d’accueil, de tolérance, de convivialité, de cohabitation pacifique. Pour ce faire, il nous incombe, aujourd’hui plus qu’hier, de nous mobiliser pour sortir définitivement notre cher pays de la crise qui l’affecte, avec sa spirale de violences et son cortège de négation des droits de la personne humaine », rappelle le Premier Ministre Choguel Maïga lors de l’audience.

Émouvants témoignages des victimes de la cinquième audience 

« Il faudra saluer le courage des victimes qui ont bien voulu partager à cette cinquième audience publique de la CVJR leurs vécus et leurs douloureuses expériences avec la nation malienne dans un esprit de générosité, de pardon et de réconciliation, sans que tout cela porte préjudice à la nécessaire Justice qui sera rendue chaque fois que cela est nécessaire », ajoute la représentante des victimes Mme Lalla Maïga qui précise que, « de 2012 à aujourd’hui, plusieurs victimes ont vu leurs vies basculées du jour au lendemain et je peux vous dire que celles, ayant subi des violences basées sur le genre, ont perdu non seulement la confiance en elles, mais continuent à subir des stigmatisations et surtout l’impact de ces drames sur les enfants. La blessure visible est plus facile à cicatriser que la blessure invisible et surtout si celle-ci se trouve dans le cœur. De tous les cauchemars, celui fait étant éveillé est le pire de tous et je ne saurai vous dire combien de temps il faudra pour qu’il cesse de nous hanter ou de nous détruire à petit feu ».

Nous nous proposons les récits des 12 victimes.

Victime N°1

En 2012, pendant l’occupation de la ville de Gao, des hommes armés ont fait irruption dans notre maison. Ils ont ligoté tous les hommes (mon mari, mon fils de 15 ans, mon beau-frère et un colocataire) et violé toutes les femmes à tour de rôle sous les yeux impuissants des hommes. Cet incident s’est passé le même jour où le consulat d’Algérie a été attaqué à Gao. Moi j’ai été violée en face de mon fils par 7 hommes sans pitié.  Depuis ce jour, mon mari a disparu et jusqu’aujourd’hui la famille n’a aucune nouvelle de lui. Mon fils s’est exilé dans un pays voisin et qui refuse de me voir et parler au téléphone et mon beau-frère n’ayant pas pu supporter est décédé́ après… A un moment de la vie, j’ai tenté de me suicider car je n’ai  plus d’enfants, plus de mari…Je ne souhaite pas que de tels actes inhumains et dégradants arrivent à d’autres femmes. Aujourd’hui, je cherche des soutiens pour subvenir aux besoins de la famille que je prends en charge et surtout pour surmonter cette épreuve qui a fait basculer ma vie.

Victime 2 

Juste après mon divorce en 2012 et pendant l’occupation de Tombouctou par les djihadistes, j’ai été mariée de force à un responsable djihadiste . Ce dernier est venu m’enlever de force avec 07 hommes armés, laissant dernière moi ma vielle mère malade et mon bébé́ de six mois. Mon mariage forcé a duré́ six mois et j’ai eu un enfant avec lui et  qui a 09 ans aujourd’hui. Mon enfant est victime de stigmatisation à l’école. J’étais intimidée, car il dormait avec moi  étant armé. A chaque fois que ce dernier sortait, j’étais gardée par deux hommes armés. J’ai été tellement stigmatisée qu’à mon accouchement personne n’est venue me saluer. Je suis tombée gravement malade après… Je  souhaite quitter ma résidence actuelle et aller m’installer ailleurs…

Victime 3 

A l’âge de 15 ans, j’ai été victime de viol en 2012 à Gao alors que j’avais mes menstrues. Après cet acte inhumain, j’ai attrapé́ des infections sexuellement transmissibles et mes trompes ont été bouchées. Suite à cela, je ne suis plus en mesure d’enfanter. Aujourd’hui, j’ai besoin d’une prise en charge médicale…

Victime 4

En 2012, j’étais commerçante. Mon calvaire a commencé́ le jour où un de mes clients m’avait proposé́ de lui livrer des marchandises composées de tubercules et de tissus. Ainsi, arrivée sur le lieu de la livraison, ledit client s’est éclipsé́ me laissant entre les mains de ses compagnons qui m’ont contraint d’entrer sous la tente. Suite à mon refus, j’ai été grièvement blessée au bras avec un couteau et des hommes sont venus de partout pour me faire entrer de force sous la tente. Ils m’ont violé́ à tour de rôle. J’ai pu compter onze jeunes d’environ 15 ans avant de m’évanouir. J’ai été leur esclave sexuelle pendant 04 jours et pouvait recevoir 05 hommes le soir et une dizaine la journée. J’étais privée d’eau et de nourriture. C’est avec l’aide de leur chauffeur, que j’ai pu m’échapper dans un état pitoyable… Je ne souhaite pas que d’autres femmes subissent le même sort et j’ai besoin de soutien pour surmonter cette épreuve atroce.

lisez la suite en cliquant ce lien https://www.maliweb.net/societe/5eme-audience-publique-de-la-cvjr-emouvants-temoignages-de-femmes-et-enfants-victimes-de-violences-sexuelles-et-de-conflits-2980139.html

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.