Projet SDSR : Le bilan à mis parcours présenté aux patrons de presse 

Les locaux de l’hôtel Azalai de Bamako ont servi de cadre ce mercredi 6 juillet 2022  pour la présentation aux patrons de presse des résultats à mis parcours du projet promouvoir l’accès à la santé et aux droits sexuels et reproductifs au Mali  financé par le fonds pour l’initiative et la transformation  FIT. C’était à la faveur d’un atelier d’orientation des patrons de presse sur les meilleurs pratiques pour l’équipe en matière de genre et le soutien à la couverture inclusive des thématiques liées à la santé et les droits sexuel et reproduction.

Ce cadre d’échange avec les patrons de presse  avait pour but  de présenter les avancées du projet  pilote promouvoir l’accès à la santé et aux droits sexuel et reproduction SDSR au Mali  d’une part et d’autre part discuter des meilleurs pratiques adoptées au sein des rédactions pour l’équité  en matière de genre.

Projet pilote,  l’initiative promouvoir l’accès à la santé et aux droits sexuel et reproduction SDSR au Mali à travers les médias et les organisations de la société civile OSC couvre la ville de Bamako. 

Il a pour but d’utiliser une approche axée sur les droits humains pour former, rapprocher et coordonner les médias, les décideurs et les OSC ,afin de promouvoir l’accès à la santé et aux droits sexuel et reproduction.

Après six mois d’exécution du projet sur le terrain il ressort  des propos de la coordinatrice Emilienne  ASSAMA que ce projet pilote a enregistré des avancées qui sont entre autres : La formation et l’encadrement  de 33 journalistes; La formation et l’accompagnement de 13 patrons de presse sur le genre et le SDSR; 20 représentants des OSC renforcés pour plaider pour le droit des femmes, la SDSR et communiquer efficacement sur le projet. 

L’organisation de deux campagnes qui ont permis de toucher 108.000 personnes.

480 femmes et 132 hommes ont utilisés les services gratuits de SR/ PF.

Dans son intervention Mme Bintou Foune Samake de Wildaf partenaires du projet à saluée l’initiative car selon elle la santé et les droits sexuel et reproductifs  sont aujourd’hui une préoccupations d’ordre public et une question d’intérêt national.

« Dans le cadre de l’exécution de ce projet l’apport est important pour briser les tabous car les journalistes permettent d’amplifier la voix des femmes et permettre aux victimes d’avoir accès aux services de santé « , a- telle martelé. 

Elle n’a pas manqué aussi de réitérer la disponibilité de Wildaf  partenaires du projet à travailler avec les médias.

Au nom de la presse  Alexi Kalembri promoteur du journal Mali tribune  a salué le courage et surtout l’engagement de la presse à accompagner ce projet qui touche à une question très sensible à savoir la santé et les droits sexuel et reproductifs. 

En prenant la parole  Mamoutou Diabaté président des organisations de la société civile sur la planification familiale  a salué à sa juste valeur l’approche participative qui a fédéré l’ensemble des compétences  qui a permis de prendre en compte les besoins de la société civile. 

Attendu au pupitre le directeur national de la santé de la reproduction  Ben Moulaye a  souligné que la démocratie sanitaire est en marche au niveau des OSC  et l’information constitue la porte d’entrée de la santé de la reproduction et ce projet enlève une épine du pied de la direction nationale de la santé de la reproduction. 

Mohamed Kanouté 

Source: Mali24.info 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.