Accords pour la paix  et la réconciliation au Mali : reprise du débat entre les parties prenantes

mali24

Le premier Ministre, chef du gouvernement, Choguel. K. Maiga préside la cérémonie d’ouverture des travaux de la réunion de niveau décisionnel des parties à l’accord pour la paix et la réconciliation au Mali, issu du processus d’Alger et sur certains aspects de la mise en œuvre de l’accord. C’était le 1 er au 5 aout 2022 à l’hôtel Radisson collectionne.

Ils étaient tous la, les parties signataires de cet accord pour la paix. Il s’agit bien des responsables et cadres des Mouvements signataires (CMA, plateformes), mouvements de l’inclusivité,  les présidents des Commissions DDR, d’intégration et de la Commission Vérité –Justice- Réconciliation, le Commissaire de la Réforme du secteur de la sécurité et bien d’autres.

Depuis la signature en 2015 l’accord pour la paix est en souffrance pour la mise en œuvre. 

« J’y vois la preuve d’un engagement résolu à faire avancer le processus », espère EL – GHASSIM WANE, représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies au Mali et chef de la MINUSMA. Poursuivant son intervention EL Ghassim Wane soutient que la transition offre une opportunité unique pour parachever la mise en œuvre de l’accord pour la paix et la réconciliation…tout doit être fait pour conforter cette dynamique, il souligne. Par ailleurs, il rappelle aux parties prenantes que le Mali est à un tournant de son histoire que son peuple aspire profondément à la paix et aux réformes avant d’ajouter que cette réunion offre l’occasion  de poser des jalons importants à cette fin. Enfin il a rassuré les parties prenantes sur la solidarité des Nations Unies, sur la disponibilité de tous les instants de la MINUSMA, la sienne et celles de ses collègues.

Dans le même angle EL-HAOUES RIACHE, ambassadeur d’Algérie au Mali  rappelle  que cette réunion décisionnelle de haut niveau se tient dans un contexte malien fait, à la fois, de difficultés, mais aussi d’espoirs, et qu’elle revêt une grande importance pour la poursuite du processus de mise en œuvre de l’Accord de paix. ET d’ajouter qu’elle représente un tournoi important pour le retour de la paix au Mali et de conclure qu’elle a trait au rôle de la médiation internationale dans l’accompagnement de ce processus de mise en œuvre de l’accord de paix.

Pour sa part Ismaël WAGUE, Ministre de la réconciliation Nationale, salue l’effort et les sacrifices consentis par toutes les parties prenantes pour la mise en œuvre de l’accord. Il rassure les partenaires internationaux la reconnaissance et l’appréciation à juste valeur, du gouvernement du Mali pour tout engagement pour la paix au Mali. La présente réunion vise réellement à créer les conditions nécessaires pour entamer le DDR global et s’appuyer sur les reformes politico-institutionnel non liés à la réforme constitutionnelle, a-t-il laissé entendre. Quand au  représentant de la plateforme,  cet accord ne peut être applicable que si le Mali est debout, et le Mali ne peut pas être debout sans le soutien de tous ses fils. « le Mali a besoin d’un sursaut patriotiques de tous ses fils, aujourd’hui pour l’atteinte de ses objectifs . C’est ainsi qu’il demande à toutes les parties signataires de mettre le Mali au-dessus de tout pour l’intérêt supérieur de la nation.

Selon, le Chef du gouvernement malien, M. Choguel .K. MAIGA, les crises sécuritaires, politiques, socio-économiques conjugué à l’affaiblissement du leadership local, constituent autant de défis pour le chemin de la reconstruction de la paix dans notre pays. Face à ces défis aussi nombreux et complexes, la mise en œuvre de l’accord pour la paix et la réconciliation au Mali, constitue une des priorités majeures du président de la transition et du gouvernement. 

Ousmane FOFANA

Mali24

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.