Fana : Quand des fausses croyances plombent la vaccination anti-Covid-19

mali24

A Fana, comme partout au Mali, les campagnes de sensibilisation en faveur de la vaccination contre la Covid-19 vont bon train. Cependant, dans cette localité, certains restent convaincus que, contre la Covid-19, il faut juste du citron et un bon bain de soleil. Hallucinant.

La ville de Fana est le chef-lieu de la Commune de Guégnéka dans la nouvelle région de Dioïla. Elle compte près de 37 000 habitants. Fana est le deuxième site de production de coton du Mali après Koutiala. Elle est à moins de deux heures de voiture de Bamako, sur la route de Ségou.

La Covid-19 a fait son apparition au Mali en mars 2020. Depuis lors, rumeurs et désinformations occupent une place importante et rendent difficile le travail des équipes de lutte contre la pandémie.

Aujourd’hui avec les nouvelles stratégies vaccinales, les nouvelles techniques d’approche, certains semblent adhérer à la campagne. Mais, visiblement, à Fana, les rumeurs et les croyances erronées semblent avoir la vie dure.

Pour Touré Mohamed, habitant de la cité, assure que la Covid-19 « n’est qu’une invention des blancs ». « Je ne crois ni en l’existence de la maladie ni au vaccin. Sur les réseaux sociaux nous voyons toujours qu’il y a des informations sur l’efficacité des vaccins. En tout cas je ne l’ai pas fait et je ne pense pas le faire ». Comme en écho, Sanata Coulibaly, vendeuse à Fana, ajoute : « la Covid-19 n’a jamais eu personne dans notre localité. Elle existe peut-être mais comment une telle maladie dont parle tout le monde puisse être si dangereuse pendant tout ce temps et que je fasse deux ans sans voir un seul cas ». Et d’ajouter : « je n’ai pas encore fait le vaccin. En réalité, je ne suis toujours pas convaincue des résultats des études sur ces vaccins. À peine deux ans que la Covid-19 a été révélée au monde qu’un vaccin circule voire des vaccins ».

« La Covid-19 reste et demeure une maladie qui a su capter l’attention des populations du monde autant pour ceux qui y croient que pour ceux n’y croient pas. Cela prouve qu’il est plus que temps que les autorités trouvent d’autres approches pour faire comprendre à tous que la Covid-19 est une réalité, y compris chez nous ici à Fana », avance Sidiki Coulibaly.

C’est en mars 2021 que le Mali a reçu ses premières doses de vaccin AstraZeneca. La vaccination a commencé un peu partout à travers le pays depuis cette période.

A Fana, il existe, de l’avis des médecins, toutes les molécules disponibles au Mali. Malgré les campagnes et les stratégies, les populations ne se bousculent pas, car le taux de vaccination est inférieur au taux national de 7%.

Aminata Agaly Yattara

Cet article a été publié avec le soutien de JDH Journalistes pour les Droits Humains et Affaires Mondiales Canada

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.