Achat de permis de conduire à Bamako: Le business florissant de réseaux mafieux

C’est le secret de polichinelle : au Mali, surtout dans le district de Bamako, il est possible d’avoir son Permis de conduire sans être présent physiquement pour passer les examens théoriques et pratiques. Il suffit de contacter un de ces réseaux mafieux pour obtenir ce précieux sésame comme des cacahuètes. Un véritable business florissant au cœur duquel se trouvent des promoteurs d’auto-écoles et leurs complices tapis dans les rouages de l’administration des Transports.
Pour avoir un permis de conduire, peu importe la catégorie, il est impératif de se munir d’une carte d’identité en cours de validité ou un passeport pour les examens théoriques et pratiques ; être âgé de 18 ans ou plus ; fournir un extrait d’acte de naissance, un certificat de résidence, six photos d’identité (pour les Poids Légers et sept pour les Poids Lourds.
Après avoir rempli convenablement ces formalités, le demandeur doit aussi payer une somme précise, notamment comme frais des dossiers et des examens théorique et pratique. Par ailleurs, cette somme varie d’une catégorie à une autre, d’une auto-école à une autre et de l’Office national des Transports (ONT) aux auto-écoles. Tout cela ne suffit pas. Il faut obligatoirement la présence physique du demandeur. En la matière, aucune procuration n’est autorisée. En outre, la somme due n’est aussi pas remboursable.
Ce processus de délivrance de Permis de conduire est infesté par un réseau très rodé qui travaille à ne pas respecter ces formalités administratives requises. Pour être plus précis, il est possible à Bamako d’avoir son passeport de conduite des automobiles sans être présent physiquement pour passer les examens théoriques et pratiques. Puis commencent les épreuves pratiques puis écrites Voilà pour la procédure normale !
Pourtant et ce n’est un secret pour personne, il est possible de se procurer le précieux sésame sans lequel on ne conduit pas sur la voie publique dans un pays normal d’abord par civisme, ensuite pour se protéger et de protéger son prochain tout préjudice corporel, moral ou matériel. C’est bel et bien possible grâce à la complicité nouée entre certains cadres de l’administration des transports et des auto-écoles. Tu mets le prix et assis dans ton salon ou vivant à l’étranger, te parvient le fameux vrai faux ou faux vrai document !
F.T est l’épouse d’un riche entrepreneur de la place. C’est dans son salon qu’elle a eu son permis de conduire sans connaitre la route de l’ONT. ‘’Mon mari m’a acheté une voiture pour les petites courses domestiques notamment déposer les enfants à l’école, aller au marcher etc. mais je n’arrivais pas à sortir parce que je ne maîtrise pas la circulation malgré que j’ai mon permis de conduire», a-t-elle expliqué en grattant sa tête avec un sentiment de regret.
– Comment vous avez fait alors ?
– ‘’C’est à travers une relation dans une auto-école que j’ai eu ce permis. J’ai juste payé 85.000 FCFA et en moins d’un mois, on me l’a délivré’’.
‘’Capi’’ est un jeune conducteur de Sotrama sur la ligne Railda -Sangarébougou. Il y a juste deux ans, Capi n’avait pas encore le droit à la cabine de son «vert. Il était apprenti et rabattait les clients à se fendre souvent la gorge à forcer de les héler. C’est lui qui ramassait aussi les prix de transport.
Ce jeudi 1er décembre 2020, nous montons à bord de son Sotrama. Pour détourner son attention, nous engageons la conversation sur l’état des routes avant de lui demander comment il a obtenu son permis. ‘’Au Mali, surtout nous les conducteurs de transport en commun, l’essentiel, c’est d’avoir les notions et de l’argent (les frais plus les pots-de-vin) pour que l’on ait notre permis de conduire. Le reste, c’est-à-dire le perfectionnement vient après»,
«Fournir les pièces et l’argent règle le reste»
Un tour des auto-écoles et de rapides aller- retour dans des localités comme Koulikoro, Fana, Ségou, nous ont permis d’avoir le cœur net sur le phénomène. Il était exactement 10 h 22 mn ce mardi quand nous avons franchi le portail d’une grande auto-école d’un quartier de la commune I de Bamako. Il n’est pas toujours facile de soutirer la moindre information sous l’étiquette de journaliste. Nous étions donc un client ordinaire parmi les autres. Et avons même eu droit à un accueil chaleureux de la part du gérant, un jeune homme d’une trentaine d’années.
Après quelques minutes d’entretien, il nous révéla avoir la compétence et l’habitude de délivrer des permis de conduire à des demandeurs, même ceux résidant à l’étranger. ‘’L’absence du demandeur de permis de conduire ne pose aucun problème chez nous. Il suffit de nous fournir les pièces et l’argent règle le reste». A l’en croire, les prix diffèrent selon que la personne soit sur place ou à l’extérieur. Pour lui «pour qu’un Malien qui réside à l’étranger ait un permis de conduire sans se déplacer, il doit débourser la somme de 150.000 F CFA. S’il est ici, il dépose 100.000 sur la table et l’affaire est conclue».
Le gérant d’une autre auto-école située à l’Hippodrome en commune II du District de Bamako, confesse. Selon lui, son autre auto-école délivre le permis de conduire à tous, excepté…les morts. Visiblement doué dans le business cet autre gérant nous rassure de son aptitude à établir les permis de conduire avec ou sans la présence physique du demandeur. Le service est, dit-il, fiable et le délivré dans un bref délai.
Moumouni Guindo est le directeur de l’Office national des Transports (ONT) où il sert depuis 41 ans. Selon lui, il n’y a aucune loi qui exclut les promoteurs des auto-écoles dans le circuit de délivrance des permis de conduire au Mali. Ces derniers doivent tout de même s’investir davantage au respect strict des règles, a-t-il souligné cependant.
Parlant des magouilles autour de cet important document administratif, le patron de l’ONT a été clair. Il existe, dans tous les secteurs, des personnes qui s’adonnent à des pratiques malsaines qui n’engagent pas forcément la responsabilité du chef hiérarchique. Même si de telles pratiques impactent la crédibilité du service.
Bourama Camara
Source : Le Challenger

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *