Affaire de projet de film: Aliou Ifra N’diaye répond à Petit Guimba1

Lettre à Youssouf Keïta dit Petit Guimba N1,D’abord mes plates excuses par la manière que j’utilise là pour te répondre. Je n’ai malheureusement pas eu le choix.Tu sais, Dieu sait, nos proches savent que je t’aime. Je t’adore même ! Cet amour a fait que j’ai accepté beaucoup de situations de toi et je t’ai très souvent soutenu en dehors de mes principes même.Tu sais, Dieu sait, nos proches savent que je me suis beaucoup dépensé pour professionnaliser ta vie artistique, te donner une image honorable et te permettre de construire un environnement capable de porter ton immense talent. C’est dans mon ambition de te faire franchir un palier professionnel que j’ai décidé de te confier le rôle principal du projet de film appelé aujourd’hui « Maa ».Ce projet date de 1998. J’étais jeune et n’étais pas en mesure de le faire. Le film à l’origine s’appelait 52. Au fur et à mesure de son développement ça a pris les noms « Tantie » puis « Monsieur Aigri » et enfin « Maa ». Le murissement du film « Maa » n’est donc pas ton idée. Ni son développement, ni son financement !Comme beaucoup de gens qui me suivent le savent, mes créations sont méthodiques, pensées, exigeantes, documentées avec des lignes éditoriales spécifiques et essentiellement liées aux enjeux de construction citoyenne. L’idée du film est inspirée par le film americain Madame Dougfire et mon ambition d’offrir un outil ludique et pédagogique sur la question de la modernité au Mali. A la finition de son développement, je t’ai associé, avec les ambitions que j’ai de te mettre en valeur, pour qu’on puisse ensemble mettre la dernière main sur la version finale. Pour cela tu m’as présenté Ronald Guindo dit Dogono Faama et Aguib Simaga dit Thiane. Cependant même là tu ne t’es pas impliqué. Les dialogues du film que je voulais qu’on fasse ensemble ont été finalement assurés, avec moi, par Tiéblé Traoré , « Drissa Diakité « Quinze », Ronald Guindo dit Dogono Faama. De temps en temps Aguib Simaga dit Thiane nous venait en aide avec des idées fantasques. L’écrivain Chiacka Kéita a assuré la correction et la traduction définitives en français et en Bamanan. La réalisatrice Hawa Aliou Ndiaye a travaillé sur la mise en forme cinématographique du scénario et est en train d’assurer le découpage technique. Ils sont tous vivants et peuvent en témoigner.Cher Youssouf, tu sais, Dieu sait et nos proches savent que j’ai fait énormément d’efforts pour te garder sur le droit chemin et te construire une vie meilleure grâce à ton talent. Je n’y suis pas arrivé. Aujourd’hui, il nous faut reconnaitre, malgré mon affection pour toi, que tu n’es plus en mesure de défendre le film dans son exploitation et dans sa ligne éditoriale de promotion citoyenne. J’ai essayé de te joindre plusieurs fois pour t’en informer en vain. Je t’ai envoyé le message. C’est quand j’ai acté officiellement mon choix que tu t’es enfin décidé de m’appeler.Je comprends ta frustration. Certaines personnes lui prêtent leur plume pour essayer de régler leur vieux compte personnel. Et je te le pardonne. Parce que je sais que tu n’es pas une mauvaise personne. Parce que je sais que tu t’es laissé embarqué par ta colère très légitime. Et c’est pourquoi je continuerais à t’aimer comme ça été toujours le cas.L’exigence professionnelle demande des décisions qui peuvent être parfois difficiles. C’est dans la logique de cette responsabilité souvent difficile à assumer au Mali que j’ai pris la décision de ne plus te confier le rôle principal du film qui s’appelle « Maa » aujourd’hui, ou un autre nom au terme de son processus de développement.Nous nous retrouverons sur d’autres projets. En espérant que ce que tu traverses aujourd’hui comme épreuve te permettra de faire le point sur tes choix de vie.Encore mes plates excuses de devoir te répondre par cette voix. Je n’ai pas eu le choix.Tu sais que je resterais toujours là pour toi. Bon courage !Alioune Ifra Ndiaye0Personnes touchées0InteractionsBooster la publicationJ’aimeCommenterPartager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *