Coupure intempestive d’électricité : Le Ministre des Mines, de l’Energie et de l’Eau explique sans convaincre  

Il faut aujourd’hui un investissement de 2300 milliards de FCFA pour  mettre Bamako à l’abri des délestages et  des coupures intempestives.  Cette annonce a été faite ce jeudi 15 Avril 2021  par le Ministre des Mines de l’Energie, et de l’Eau Lamine Seydou Traoré devant un parterre de journalistes.

D’entrée de jeux, le Ministre des Mines de l’Energie et de l’Eau Lamine Seydou Traoré   dans une brève présentation a planté  le décor tout en faisant un état des lieux de  la situation actuelle du pays en ce qui concerne la fourniture en électricité.

« Aujourd’hui nous sommes face à une difficulté, car au Mali nous avons trois principales sources qui sont les centrales hydroélectriques, Thermiques, et l’interconnexion  avec les pays voisins. Après une analyse approfondie et évaluation de la situation, il ressort qu’au Mali en période de pointe  c’est-à-dire de chaleur  nous avons besoins de 400 Mégas de productibles, or  les groupes électrogènes et l’énergie produit à Felou et Manatali réunies font  300 Mégas, et Bamako seul prend les 3/4 de cette production. Souvent nous faisons aussi recours à l’électricité en Côte d’Ivoire avec 100 Mégas », a-t-il déclaré.

 Selon lui, plus de 60% des délestages étaient dus à des problèmes de combustibles au niveau des centrales de production thermique. « A cela s’ajoute l’état  des équipements  pendant 20 ans les équipements n’ont pas été entretenus  ce qui fait qu’aujourd’hui nous avons beaucoup de ligne et des postes de transformations qui ont des difficultés ».

Cette tribune a été aussi une opportunité pour le Ministre des Mines de l’Energie  et de l’Eau  Lamine  Seydou Traoré  d’annoncer certaines initiatives  c’est-à-dire des solutions d’urgences pour soulager la souffrance des maliens qui sont : la construction d’une centrale thermique de 100 Méga à Sirakoro dont la réception  est prévue pour cette année 2021 ; la construction d’une centrale  d’une capacité  de secours de 20 Mégas à Sotuba et à Badalabougou pour  soulager la population en cette période de chaleur ; sécuriser la fourniture de l’électricité avec la côte d’ivoire  sur le plan contractuel.

En terme de perspective  le Ministre des Mines de l’Energie et de l’Eau Lamine Seydou Traoré   dira que les plus hautes autorités du pays sont aujourd’hui en train de mettre  en  œuvre un plan d’investissement très ambitieux qui se décline en trois dimensions que sont : Développer l’énergie  solaire ; Développer  l’énergie  éolienne  ; et la Construction  du barrage, avec le lancement des travaux du barrage de Kegné dans la région de Koulikoro qui a démarré. C’est une centrale hydraulique de  56 Mégas qui va sécuriser la consommation de l’électricité de  Bamako.

En ce qui concerne les perspectives, le Ministre a annoncé le  lancement des travaux de trois nouveaux barrages sur le fleuve Niger, car en 30 ans aucun barrage n’a été réalisé et enfin accélérer les travaux du barrage de Gouyina, ce qui va contribuer à augmenter la capacité OMVS de 56% dont la fin des travaux est prévu pour septembre 2021

Mohamed Kanouté

Mali24

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *