Cour d’assises de Bamako : Le Dozo n’avait pas de permis

Fousseyni Keita, cultivateur à Nara, âgé de 64 ans, inculpé de détention illégale d’armes de guerre en lien avec une entreprise terroriste, a été condamné à 3 ans de prison ferme. L’audience s’est déroulée vendredi dernier à la Cour d’Assises de Bamako sur les affaires terroristes et criminelles.

La Cour, après délibération, a déclaré coupable Fousseyni Keita de port illégal d’arme et non de terrorisme. Incarcéré depuis 2019, il a recouvré la liberté le jour de son jugement, le 8 octobre 2021 pour avoir purgé sa peine.

Fousseyni Keita, marié et père de 3 enfants, a été appréhendé en possession d’un fusil de guerre qu’il prétend avoir acheté avec un militaire nommé Dama Diawara. Il avait en sa possession un pistolet mitrailleur avec un chargeur contenant 29 cartouches de 7,62 mm semi long. Il est incarcéré par la gendarmerie de Nara depuis 2019 puis transféré à la Maison centrale d’arrêt de Bamako. A la barre vendredi dernier, le suspect reconnaît avoir ces armes car il est le chef des Dozo de Nara. Mais, il rejette catégoriquement d’être en association avec les terroristes. Auparavant, il avait soutenu être un informateur de l’armée régulière à travers un commandant du nom de Bafing Diarra.

Son avocat a parlé de l’effort fourni par son client pour la sécurité de Nara dans sa fonction de chef des Dozo. « Nous sommes tous contre le terrorisme, mais nous devront avoir un esprit de discernement pour ne pas commettre l’irréparable. Les services de mon client ont été pour la sécurité de certaines autorités à Nara et même a arrêté quelques terroristes», plaide l’avocat de M. Kéita.

Devant la Cour, Fousseyni Keita a soutenu que « je suis Malien et fier, je préfère la mort que de trahir ma patrie ». Les faits de détention illégale d’armes et de terrorisme sont prévus et punis par les dispositions des articles 6 et 13 de la loi n◦08-025 du 23 juillet 2008 portant répression du terrorisme en République du Mali et peuvent donner lieu à l’application des peines criminelles.

Aboubacar Sidiki Diarra

(stagiaire)

Source: Mali Tribune

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *