Ecole : Silence, les enseignants se meurent…

Couvre-feu, Covid-19 et ramadan, trois mois sans salaire ! Les enseignants tombent un à un. Pas de balle ou de mine mais de faim et de chagrin. Trois mois sans salaire en cette période pandémique, les enseignants survivront-ils ? On sait tous que non. Ils se meurent déjà à petit feu…

Pour cause de grève, les enseignants ont été privés de leur salaire cela fait 3 mois. Nous avions tous pensé qu’avec les mesures d’accompagnement de lutte contre Covid-19, que le gouvernement allait enterrer la hache de guerre comme l’a fait son mentor, le gouvernement français.  On s’attendait tous à une mention spéciale sur le cas des enseignants dans les mesures d’accompagnement. L’octroi des salaires et une promesse optimiste concernant l’article 39 du statut de l’enseignant.

Mais hélas ! Le bras de fer a continué. Le gouvernement continue de priver les enseignants malgré toutes les difficultés de vivre aujourd’hui avec la pandémie à Covid-19 et le ramadan. Absence de cours privés, diminution de bon nombre d’activités entre autres.

Faut-il continuer ce bras de fer en cette période où il est du devoir de tous les gouvernements d’accompagner leurs populations surtout les plus démunies et plus vulnérables ? Faut-il continuer dans ce tiraillement qui consiste à faire ravaler à l’enseignant le peu de fierté qui lui reste ? Cette fierté d’être faiseur de roi. D’avoir enseigné et formé et les ministres, les présidents de la République et tous les directeurs généraux… Cette fierté d’avoir pris la craie blanche pour peindre le tableau noir par le savoir, la connaissance et la discipline pour faire ce qui est.

Si cette rétention de salaire continue, nul doute, on risquerait de se réveiller sur des cadavres d’enseignants morts pour avoir choisi d’enseigner nos enfants dans les écoles publiques. Il urge pour le gouvernement, afin de ne pas être coupable de non-assistance de personne en danger, de tendre cette main de solidarité et d’entraide qui fait nos valeurs. On ne doit pas laisser certaines occasions qui ne seront que des bonus lors des prochaines négociations. Portons le regard sur demain ! Il urge ! Le paiement de salaire des enseignants doit rentrer dans le cadre des mesures d’accompagnement du gouvernement dans la riposte contre Covid-19. Derrière tout enseignant, dort une famille. Un enfant et une femme. Sauvons pendant que l’on peut.

Koureichy Cissé

MALITRIBUNE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *