Edito : L’Etat ne doit pas transiger avec les questions liées au radicalisme religieux !

Si on tolère des choses que l’on considère insignifiantes, elles deviendront un jour un gros problème pour tous. Personne ne savait que la rébellion touarègue de 2012 allait amener tous ces problèmes. Raison suffisante pour dire qu’il ne faut rien minimiser. Au Mali, on assiste de plus en plus à des dérives sur la religion qui paraissent aux yeux de certaines personnes insignifiantes mais qui pourraient un jour devenir un gros problème parce que l’Etat n’aurait pas assumé sa responsabilité. Certaines déclarations et interprétations au nom de la religion sur les réseaux sociaux sont d’une dangerosité qui devrait pousser le gouvernement à agir avec efficacité pour circonscrire le mal à la racine. Le Mali est à la croisée des chemins parce que l’Etat n’a pas su s’assumer quand il le fallait. Certains faits remettent aujourd’hui en cause l’harmonie entre les religions et la tolérance religieuse qui faisaient que le Mali était envié et cité comme un modèle. A cause d’intérêts personnels, certaines personnes voudraient remettre en cause, ces acquis sur lesquelles la société malienne est fondée. Le djihadisme qui a revêtu les couleurs du terrorisme armé, est à notre porte parce que nous avons montré une certaine prédisposition. La prise du pouvoir par les Talibans en Afghanistan, a ému la planète terre. Elle a ému parce que les pratiques faites au nom de la religion islamique dans ce pays, sont aux antipodes de nos croyances religieuses enseignées depuis la nuit des temps. Pourtant, à écouter certains prêcheurs et autres personnes pratiquants la religion, le Mali n’est pas à l’abri de l’effondrement de sa société par le fait de la religion. Faisons attention et à l’Etat de s’assumer dès maintenant avant qu’il ne soit tard !

El hadj Tiémoko Traoré

le pouce

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *