Embargo contre le Mali : L’UNTM et ses partenaires syndicaux montent au créneau

 Embargo contre le Mali, l’Union Nationale des Travailleurs du Mali, et ses partenaires syndicaux dont le conseil national de la société civile, la coordination des associations et organisations  féminines, et le conseil national de la jeunesse condamnent avec la dernière rigueur les sanctions infligées au peuple du Mali par la CEDEAO et l’UEMOA et appel le peuple au sursaut national.

L’information a été donnée ce  jeudi 13 janvier 2022 par le secrétaire général de l’Union National des Travailleurs  du Mali Yacouba Katilé au cours d’une rencontre avec les hommes de medias. Ce cadre de rencontre et d’échange avec les hommes de medias visait  à soutenir les autorités de la transition et dénoncer les sanctions infligées par la CEDEAO et l’UEMOA  contre le Mali.

Dans sa communication, le  secrétaire général de l’Union Nationale des Travailleurs du Mali  UNTM  avec un ton maréchal, Yacouba Katilé a réaffirmé le soutien de la centrale syndicale et de ses partenaires syndicaux  à la transition.

« Plongé dans une crise  multidimensionnelle depuis  2012 ,le Mali à la croisé des chemins a aujourd’hui plutôt besoin de la solidarité internationale ,une solidarité agissante de la part de ses voisins ,de ses partenaires ,voire  de la communauté internationale et non  un embargo économique ,et financier ,dont les conséquences fâcheuses ne se limiteront pas qu’au seul Mali », a-t-il martelé.

Il a également profité de cette tribune pour demander aux maliens de rester unie et  solidaritaire et de tout faire pour que la digue du Mali ne cède pas car si elle cède, c’est toute la sous-région qui sera inondée.

 Nous  sommes aujourd’hui meurtris dans notre âme par l’adversité gratuite de la part de la CEDEAO et de l’UEMOA  c’est en ces termes que le président du conseil national de la société civile  Brehima Allaye Touré  a planté le décor de son intervention.

Devant un parterre de journalistes, Brehima Allaye Touré dira que  la situation actuelle fait peur, et nous résisterons lorsque nous sommes  tous ensemble.

Il a par ailleurs souligné que  ces sanctions de la CEDEAO et de l’UEMOA sont inhumaines et injustes  contre-productive, qui violent en partie les idéaux et les principes de création de nos deux organisations communautaires.

 Pour, la présidente de la coordination des associations  et organisations féminines  Mme Dembélé Ouleymatou Sow cette tribune est une occasion pour les chefs d’états et de gouvernement de la CEDEAO et de l’UEMOA d’attendre le cri de cœur des femmes du Mali qui dénoncent avec la dernière rigueur ces sanctions infligées contre le Mali.

Mohamed Kanouté

Source Mali24

Laisser un commentaire