ICRISAT : Les systèmes de culture à base céréale et légumineux au cœur d’une rencontre de partage

La salle de conférence de l’ICRISAT (International Crops Research Institute For The Semi-Arid Tropics) a abrité l’atelier d’échanges et de renforcement des capacités sur les systèmes de culture à base céréale et légumineux. C’était ce Lundi 21 Juin à Samanko, sous la présidence de Dr Aboubacar TOURE, représentant du Directeur Régional de l’Afrique de l’Ouest et du Centre. Cette rencontre qui dure quatre jours, a enregistré la présence des représentants des différents Pays dont le Burkina Faso, le Ghana, le Nigeria et le Mali.

La rencontre a pour objectif : d’améliorer la situation nutritionnelle des pays ; de pouvoir créer différentes nouvelles variétés d’arachide, de mil ou de sorgho et également s’interroger sur quels critères peuvent-ils utiliser pour séparer les agriculteurs de l’Afrique de l’Ouest et du Centre en groupe qui pourraient bénéficier d’une variété spécifique. Aussi, la rencontre vise à avoir un aperçu  des évaluations de la demande des clients pour les nouvelles variétés.  Et il s’agit de développer des profils de produits pour les nouvelles variétés à partir des informations de la demande des  clients.  Enfin, il s’agit d’avoir la connaissance des outils de collecte et de documentation des données pour définir les priorités de la sélection, y compris les questions de genre.

A titre de rappel de 2021 à 2025, le plan d’investissement pour la recherche et le développement de l’ICRISAT vise  à renforcer la capacité des acteurs clés des systèmes de culture à base céréale et légumineux des zones arides. 

Selon Dr Aboubacar TOURE , représentant du Directeur Régional de L’Afrique de l’Ouest et du Centre, il faut accroitre la productivité et la rentabilité des exploitations familiales tout en renforçant leurs résiliences aux changements climatiques enfin d’améliorer la sécurité alimentaire et nutritionnelles et les moyens de subsistance des familles. Poursuivant son intervention il soutient que  l’ICRISAT, en Afrique de l’Ouest et du Centre a développé et livré des variétés améliorées du sorgho, du mil et de l’arachide avec les meilleurs paquets agronomiques, offrant des rendements économiques et une nutrition accrue.

« Compte tenu de la malnutrition généralisée en Afrique de l’Ouest et du Centre, la nutrition doit être considérée comme un point déterminant de toutes les interventions des programmes de recherches et surtout les programmes de sélections et créations variétales, la base des solutions évolutives aux problèmes, » a expliqué M. TOURE

Pour Dr MAVIBI Michael, représentant du Nigeria, les représentants des différents doivent réfléchir ensemble, et essayer de voir les caractéristiques sur lesquels on doit travailler que ça soit dans une zone agricole ou sur l’utilisateur spécifique.

Ousmane FOFANA

Source : Mali24.info

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *