Journée mondiale de l’hygiène Menstruelle : Briser le silence pour discuter avec les jeunes filles

Trente pour cent (30 %) des filles dans le monde ne disposent pas de toilette adéquates  et de nombreuses autres doivent faire face à des obstacles culturels et sociaux pendant leur menstruation. Et en Afrique 66 % des filles ne disposent pas d’une bonne information sur la menstruation avant d’être  confrontées à leurs premières règles.

Ces informations ont été  rendues publiques  ce  Jeudi 3 Juin 2021  par la Présidente de la Plateforme Nationale  pour la Promotion de la Gestion de l’Hygiène Menstruelles PNP-GHM Mme Barry Aminata Touré.

C’était au cours de la célébration de la 5eme Edition  de la Journée Mondiale de l’Hygiène Menstruelles au Mali qui s’est tenue dans les locaux du Groupe Scolaire de Boulkassoumbougou en commune I du district de Bamako.

Ont pris part les autorités coutumières, communales, locales,administratives ,acteurs de l’éducation, et Partenaires Techniques et Financiers   tous venus pour être témoins de cet évènement important qui touche du doigt à une question longtemps considérée comme un tabou dans notre société à savoir la question relative   à la gestion de l’’hygiène menstruelle.

Selon la présidente de la Plateforme Nationale pour la Promotion de la Gestion de l’Hygiène Menstruelle  Mme Barry AminataTouré,la commémoration de cette journée a pour  but de faire reconnaitre le droit de tout individu de gérer ses règles de façon hygiénique  d’une part et d’autre part  inciter la population à discuter des défis (les tabous culturels concernant la menstruation et la stigmatisation des femmes,les problèmes d’accès l’eau…)

 C’est aussi une occasion d’interpeller chacun  à plus d’engagement pour accompagner les femmes et les filles à trouver des solutions durables pour la  gestion hygiénique des  menstrues.

 Pour ce concerne le Mali, Mme Barry Aminata Touré dira que le tableau sombre se présente de la manière suivante :2 ,13% des écoles seulement ont une option pour assurer l’intimité des filles aux toilettes ref CPS éducation 2013. Ensuite, 93% des écoles ne pratiquent ni de session d’éducation, ni de session d’orientation pour sensibiliser les élèves sur la GHM. Enfin, 98% des écoles ne disposent pas d’outils spécifiques à la GHM et à l’intimité des filles dans les toilettes. Bref, le nombre de jours d’absence à l’école est en moyennev3 à 7 jours par mois pour les filles en âge de puberté.

 En prenant la parole  Alassane Maiga  Directeur de Programme et Plaidoyer a water Aid  s’est réjoui de la forte mobilisation des responsables de la commune I notamment les acteurs de l’éducation toute chose qui témoigne selon lui l’importance et la pertinence de la célébration de cette journée.

« La gestion de l’hygiène menstruelle passe d’abord par l’information l’éducation et la communication d’où  la pertinence du thème  retenu cette année à s’avoir : Action et Investissement en faveur de l’hygiène menstruelles et de la Santé.

Pour relever ce défi, il  convient de briser le silence autour de la question et accroitre les investissements en faveur de l’hygiène menstruelle à l’école. » a –t-il déclaré

 Avant d’ajouter que«  Water Aid Mali en partenariat avec l’ONG AMASBIF a réalisé un projet pilote à Kati ,  Djoumanzana,  Sebenicoro et  Sogoniko. L’intervention a porté entre autres sur le renforcement des capacités des acteurs,la création des comités pédagogiques, l’approche des  « Tanty N’terini » la dotation des écoles en kits de gestion de l’hygiène menstruelle la réalisation  d’un modèle de latrine  à Kati. »

Il a par ailleurs souligné « qu’en milieu scolaire  les  difficultés  liées à la gestion  de l’hygiène menstruelle ont comme conséquence : l’absentéisme à l’école, les difficultés de concentrations pendant les cours  et les risques de contracter des infections génitales dans les toilettes indécentes ».

En présidant la commémoration de cette 5eme Edition de la Journée Mondiale de l’Hygiène Menstruelle  au Mali le maire de la Commune I du district de Bamako Oumarou Togo a salué cette initiative  de la Plateforme Nationale pour la Promotion de la Gestion de l’Hygiène  Menstruelle à sa juste valeur.

Il a aussi rassuré les responsables de la plateforme de  tout son soutien pour leur  mission combien noble pour la santé des filles et surtoutleurs maintiens à l’école.

Mohamed Kanouté

Mali24

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *