Journées scientifiques à TechnoLab-ISTA : L’énergie solaire et éolienne au cœur des débats !

Les journées ont été l’occasion pour des sommités du monde scientifique dont une dizaine venues d’ailleurs pour échanger et partager leurs savoirs et expériences avec les étudiants, les professeurs de TechnoLab-ISTA et les passionnés des sciences et de la technologie. C’étaient les 1er et 2 juillet 2021 à l’Annexe C de l’Institut sise à l’ACI 2000.

Il est 17 heures, les étudiants, les professeurs et invités se bousculaient à l’entrée de la salle pour assister à cette conférence qui avait deux thèmes. Le premier thème qui a eu deux dimensions (théorique et pratique) portait sur « IIOT Internet des Objets Industriels et Energies renouvelables » et le second sur le numérique : « Open source et le défi des Formations à distance : Impact dans les formations universitaires en Afrique».

Selon Daouda Diakité, directeur général de TechnoLAB-ISTA, ces conférences s’inscrivent dans la droite ligne de la politique de l’établissement de faire bénéficier les étudiants de l’expérience des sommités des personnalités scientifiques au sein de cette école. « Cette semaine, on a eu de la chance, en marge des journées scientifiques, d’avoir dix éminents professeurs de divers horizons : du Cameroun, du Bénin, de la Côte d’Ivoire, du Burkina, du Sénégal, voire de la France et les homologues maliens ».

Le thème sur IIOT a été développé par Claude Lishou, professeur titulaire de classe exceptionnelle à l’Université Cheick Anta Diop de Dakar (UCAD). Il a, d’abord, mis le thème dans son contexte. « Avec  une population mondiale qui ne cesse de croître, il devient important de produire  suffisamment d’énergie de manière stable pour faire face à la demande  croissante  d’utilisation de l’énergie. Les solutions d’énergie solaire ou éolienne sont considérées comme l’énergie renouvelable  la plus efficace pour fournir une électricité  durable. La mise en place d’un système de production d’énergie aéro-solaire fiable (centrale mixte) nécessite l’intégration sophistiquée de solutions intelligentes ». Selon lui, pour les entreprises dans le secteur d’énergie solaire, le recours à une installation de système IIOT répond aux demandes des clients en temps optimal et amélioration de l’efficacité globale.

L’énergie éolienne est au cœur de la révolution du réseau électrique, les fournisseurs d’énergie cherchent à s’investir dans les solutions internet industriel des objets (IIOT) afin  d’assurer une production et une distribution intelligente d’énergie éolienne, a-t-il ajouté.

Il conclut : « Vers l’industrie 4.0, les industries modernes deviennent de plus en plus intelligentes, productives et efficaces grâce à des solutions industrielles robustes, fiables et intégrées. Cependant, il souhaite qu’on mette les IIOT en phase avec les Objectifs de Développement Durable (ODD) ».

Sur le même thème, dimension pratique, A. Olivier Pascal a très rapidement procédé à quelques petites démonstrations. Avec une application développée par ses soins, il a fait un pilotage de prises à distance à partir de son téléphone. A savoir éteindre une ampoule ou l’allumer à distance, mettre un ventilateur en marche ou l’arrêter et bien d’autres possibilités, seulement avec l’intelligence artificielle.

Professeur Koné Tiémoman, directeur général de l’Université Virtuelle de Côte d’Ivoire (l’UVci), a entretenu l’assistance sur le second thème : « Open source et le défi des Formations à distance : Impact dans les formations universitaires en Afrique ». « La désignation open source s’applique aux logiciels dont la licence autorise : libre redistribution, accès au code source et création de travaux dérivés. L’open source est perçu comme un modèle permettant de mutualiser et réduire les coûts de développement ; un levier majeur d’innovation dans le numérique ; un accélérateur stratégique », a détaillé Pr Koné Tiémoman.

Quant aux perspectives, il a souligné que l’intégration des technologies Open sources dans les formations à distance n’est possible que par la concertation et la collaboration entre les différents acteurs et par l’implication des autorités publiques.

Moussa DIARRA

le challenger

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *