Kalaban-Coro : Le marabout violeur en cavale

Les marabouts font encore parler d’eux dans la cité et de la plus mauvaise manière. Jadis très respectés pour leur probité morale et leur humilité, pour ne pas dire  leur sagesse, les marabouts présentent pour la plupart un autre visage très peu reluisant. L’arnaque, le détournement des femmes d’autrui et le viol sont devenus leurs jeux favoris.

Le fait qui nous intéresse dans cet article s’est déroulé au quartier Plateau de Kalaban Coro le mardi 29 juin 2021.Le héros du film que nous désignons par l’initiale de son nom de famille, H, est un marabout, maître médersa dans le quartier depuis près de deux ans. Marié et père de trois enfants, H, à l’instar de la plupart de ses congénères, bénéficie du respect de ses cohabitants et voisins dont il dirige les prières quotidiennes. Fausse image ! H ne mérite pas au fond cette marque de considération de la part de ses voisins. Sous couvert de son titre de « Mohalim » (appellation donnée aux maîtresses medersas en arabe) et de son statut de marabout, il cachait son vilain  visage. Tout s’étala au grand jour ce mardi 29 juin 2021. Ce jour-là, alors qu’il est 3 heures du matin, H essaie de mettre à exécution un plan qu’il avait muri depuis fort longtemps.

En l’absence de son épouse qui venait d’accoucher il y a à peine trois semaines, notre marabout avait le champ libre. Ce jour donc, pendant que les autres occupants de la cour dormaient à point fermé, H alla trouver M dans sa chambre. La fille que nous désignons ici par M, est la servante de la famille.  T habitant la même cour que le marabout H. Elle  est âgée seulement de 11 ans, donc une mineure selon nos sources. Pour la première fois, H entra  dans la chambre de M et la toucha tout doucement. Ce qui provoqua le réveil en sursaut de la petite fille qui prit soin d’identifier le pauvre marabout. Gêné par ce réveil en sursaut de sa proie, H se retira pour mieux se préparer. Il revint donc une seconde fois et se déshabilla complètement pour accomplir ce que l’on sait. Il se coucha donc à côté de M et se mit à la caresser. Cette fois-ci, la petite fille effrayée, cria de toutes ses forces.

Ce qui réveilla sa patronne que nous désignons par D. Celle-ci accourut vers la chambre de sa servante et alluma l’ampoule sous la véranda. D n’en a pas cru ses yeux. Elle vit un homme svelte,  nu comme un ver de terre, les cuisses serrées et les mains devant couvrant ses bourses. A la question de savoir pourquoi il était là à cette heure indue de la nuit et dans cet état, le pauvre marabout répondit qu’il venait chercher de la glace. Pour  ne pas attirer l’attention des voisins et couvrir H de honte, le gardien des lieux qui avait suivi discrètement H, pria D de le libérer et de taire l’affaire. Ce qui fut fait, car D ne parla  de cette affaire à son mari que le lendemain, après que H ait quitté nuitamment les lieux.

Encore, la pesanteur sociale vient de peser de tout son poids pour tenter d’étouffer une affaire pour laquelle une belle correction doit être donnée à ce faux marabout. Affaire à suivre.

Nando DEMBELE

Le Democrate

One Reply to “Kalaban-Coro : Le marabout violeur en cavale”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *