L’URD et la présidentielle de 2022 : La candidature du Dr Madou Diallo sollicitée par la base

Après les tapages médiatiques de certains arrivistes, les candidatures sérieuses, celles des militants convaincus de  l’Union pour la République et la démocratie (URD), se précisent. Notamment la candidature de Dr Madou Diallo, de plus en plus sollicitée dans les différentes sections du  parti, aussi bien à l’intérieur du pays qu’à l’extérieur.   

A quelques encablures de la présidentielle de 2022, les militants de l’Union pour la République (URD) sont en train de tirer le vrai de l’ivraie. La mayonnaise des arrivistesn’a pas pris. Les candidatures opportunistes annoncées jusque-là à des coups de millions sont loin de convaincre les militants sûrs de l’URD. D’où la mobilisation continue en faveur  des candidatures sérieuses pour se défaire des ceux qui tentent d’hypothéquer  les idéaux du parti. Dans cette démarche républicaine,  la candidature du Dr Madou Diallo fait presque l’unanimité dans les différentes instances de l’URD.

Militant convaincu et déterminé pour les causes de son parti, Dr Diallo  a su insuffler un nouveau souffle au Mouvement national des jeunes de l’URD lors de son passage à la tête de cette structure, de 2011 à 2016. A ce niveau, il a réussi à rassembler tous les jeunes du parti avant d’en faire la cheville ouvrière de l’URD. Sous  son magistère,  c’est  une jeunesse exaltée  qui a payé la caution (10 millions) de feu Soumaïla Cissé lors de la présidentielle de 2013, se rappelle-t-on. Ce, après avoir galvanisé les troupes dans les 55 sections du parti au plan national  ainsi que celles de la diaspora.  A l’époque, feu Soumaïla Cissé n’avait cessé d’exprimer sa fierté et  de vanter le dynamisme de la jeunesse de son parti.  Un dynamisme qui a permis au candidat du parti de la poignée de mains d’arriver 2ème à l’issue des deux tours du scrutin présidentiel.   Ce, nonobstant la campagne de dénigrement qui a été orchestrée à l’encontre de  celui-ci par les autorités en charge de l’organisation de la présidentielle de 2013.

Réputé être un homme intègre, discret et très efficace  dans le management des hommes, Dr Madou Diallo a de l’expérience et la compétence à  revendre dans la gestion administrative.

Détenteur d’un Master en Droit international et Relations internationales à l’université Lyon 3 et un Doctorat en droit public à l’université Descartes Paris 5, avec mention très honorable, à 25 ans,  Dr Madou Diallo devient l’un des plus jeunes chargés d’enseignement de l’Université Jean Moulin Lyon 3 et chercheur au Centre de recherche en Droit international (Cdi) de Lyon. Il devient également chercheur au Centre d’études et de recherches en Droit international, européen et comparé (Cediec) de Paris.

Après son séjour parisien couronné par une nouvelle distinction au Centre des études diplomatiques et stratégiques, ce fut le début d’une riche carrière pour ce jeune cadre. Conseiller des Affaires étrangères de profession, Dr Diallo est un cadre rompu à la tâche qui occupera le poste de directeur adjoint des organisations internationales au ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, avant d’être sollicité au secrétariat général de l’Assemblée nationale. C’est lui qui a guidé les premiers pas de l’ancien Président de l’Assemblée nationale, Issaka Sidibé, qui continue de garder de bons souvenirs de lui. Car, a-t-on appris, c’est sous des pressions politiques qu’Isaac a été contraint de se séparer de ce cadre valable.

Il regagne ainsi son service d’origine mais monte cette fois-ci en grade. Il devient alors  le directeur  des organisations internationales au ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale. Avant d’être nommé, en mars 2019, Ambassadeur Directeur des organisations internationales. Comme pour dire que son appartenance politique (opposition) ne l’a pas empêché d’être maintes fois sollicité par le régime pour servir la nation.

Eu égard à cette somme d’expérience soutenue par son intégrité, Dr Madou Diallo est perçu aussi bien au sein de l’URD qu’au sein d’autres formations politiques comme le candidat idéal pour le renouveau du Mali.

Faut-t-il le rappeler, il fut pendant plusieurs années l’une des pièces maitresses du ministère chargé des Relations avec les institutions, en sa qualité de conseiller technique. Madou Diallo est depuis plusieurs années chargé de cours à la Faculté des sciences juridiques et politiques de l’Université de Bamako, où il dispense des cours en Droit public et Relations internationales.
Oumar KONATE

la Preuve

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *