Lutte contre la malnutrition : la situation alarmante de Koutiala interpelle l’implication des plus hautes autorités !

 Dans le cadre de la mise en œuvre du projet Right2Grow, autrement dit, le droit de grandir, ayant pour objectif d’inciter les décideurs à s’impliquer davantage aux problèmes de la malnutrition, l’alliance des Journalistes Maliens en Faveur à la Nutrition et la Sécurité Alimentaire (AJMNSA), avec l’appui financier de l’Association Malienne pour le Développement Communautaire (AMADECOM) a sillonné les  quatre communes d’intervention de cette ONG  dans la région de Koutiala, les 29 et 30 décembres 2021.En faisant son petit bonhomme de chemin, l’AJMNSA, dans le but de s’imprégner succinctement de l’état nutritionnel des enfants de moins de 5 ans et des femmes enceintes, s’est rendu dans les communes de M’Pessoba, Bobola Zangasso (commune de Zanfigué), N’Golonianasso et la commune de Koutiala.

Dans ces différentes localités, l’AJMNSA s’est entretenu avec les élus communaux, les directeurs techniques des centres de santé communautaires, les groupes de soutiens à la nutrition (GSAN) pour constater à vive voix les problèmes auxquels les enfants et les femmes enceintes sont confrontés sur le plan nutritionnel. Sur place, le constat est alarmant.

Déjà, à M’Pessoba avec ses 44 000 habitants, le phénomène de la malnutrition est une triste réalité qui ne laisse personne indifférent reconnait le premier adjoint au maire Amadou Sanogo. Pour pallier à ces difficultés selon le maire Sanogo, un programme intitulé « Faim zéro » de prévention contre la famine a été instauré à M’Pessoba depuis 2004. A ses dires, plus de 50 tonnes de céréales sont données au prêt chaque année aux populations pour assurer la sécurité alimentaire. Au CSCOM du village, Dr Ismaila Berthé, le DTC confirme les donnes de la mairie en faisant le tableau de la situation nutritionnelle et l’état de prise en charge de la commune. Pour Dr Berthé, un nombre important d’enfants dans son aire de santé est atteint de malnutrition sous toutes ses formes. En se référant sur le tableau de ces quatre derniers mois, il dira que le centre a enregistré en juillet 2021, 58 cas de malnutrition aigue modéré (MAM) et 29 cas de malnutrition sévère (MAS).  En août, on a eu 141 cas de Mam et 72 cas de Mas ; en septembre 189 cas de Mam et 117 cas de Mas ; en Octobre 121 cas de Mam et 41 cas de Mas, a-t-il fait savoir.

Pour faciliter la lutte contre la malnutrition à M’Pessoba, le chargé de nutrition Moussa Coulibaly infirmier de son état a mis l’accent sur le dépistage des enfants ; le suivi des enfants au niveau du CSCOM ; le soutien des relais communautaires ; l’apport des groupes de soutien à la nutrition la prise en charge par les unités de récupérations éducatives, nutrition intensive (ambulatoire sévère et modérée) ; bref la promotion des produits locaux.

Par ailleurs, le chargé à la nutrition du CSCOM de M’Pessoba a indiqué que les deux facteurs qui aggravent la malnutrition dans la zone sont les périodes de soudures et les travaux champêtres. 

Quant à Nématou Togola, présidente du GSAN de M’Pessoba, elle prône surtout sur l’hygiène et la propreté dans les foyers et un bon suivi des CPN dans la prévention contre la malnutrition.

Même réalité, même constat à Bobola Zangasso, chef-lieu de la commune de Zanfigué à 75 km de Koutiala. Avec une population de 21 107 habitants, la commune de Zanfingué a enregistré de  janvier à septembre 2021, 135 cas de malnutrition aigüe sévère et 200 cas de malnutrition aigue modérée selon Dr Kalifa Dembélé, DTC du CSCOM communal.

A N’Golonianasso, une autre commune située à 25 km de Koutiala avec 24 423 âmes, le phénomène de la malnutrition y persiste toujours. Le DTC du CSCOM Zoumana Sangaré a édifié les journalistes de l’AJMNSA sous la conduite de Fanta Diakité sur le tableau nutritionnel de son aire de santé. A ses dires, de janvier au décembre 2021, le CSCOM a noté 160 cas de MAS et 75 cas de MAM. Ces chiffres sont le résultat d’une synergie d’action entre le CSCOM et les GSAN comparativement aux années précédentes a rappelé Dr Sangaré et d’ajouter qu’en 2021, seulement 14 cas de complication ont été recensés.

Avec la facilitation de M. Abdramane Diallo, agent d’AMADECOM à Koutiala, l’AJMNSA a été chanceuse de  rencontré à la fois Dr Youssouf Diam Sidibé, médecin chef du district sanitaire de Koutiala, Dr Cheick Abdoul Kadry Waigalo, chef URENI et Abdoulaye Koné, point focal nutrition de la région.

Après avoir remercié les partenaires pour leur assistance, Dr Waigalo a rappelé le nombre d’admis des enfants malnutris de 2019 à 2021. Selon lui, en 2019, 2932 enfants ont été admis, 2907 en 2020, 2091 en 2021. Ce nombre croissant d’enfants malnutris dit-il est dû au retard de prise en charge, à l complication, aux infections pulmonaires respiratoires…

Malgré les chiffres effrayants de la malnutrition dans la région de Koutiala, Dr Youssouf Diam Sidibé a indiqué qu’il y a eu une légère baisse des tendances de la question nutritionnelle entre 2009 et 2021 à Koutiala qui était à 18%. Faisant le point de la situation de la malnutrition à son niveau, il dira qu’en 2019, il ya eu 5772 cas de MAS soit 1,17% ; en 2020, 5139 cas de Mas soit 1,72% et en 2021, 5342% soit 1,91%.

A rappeler que le projet Right2Grow est un consortium composé des ONG internationales notamment Action contre la Faim (ACF) et World Vision avec le financement du Royaume des Pays Bas au Mali pour 5ans (2021-2025), mise en œuvre par des ONG nationales et organisation de la société civile en l’occurrence l’Association Malienne pour le Développement Communautaire (AMADECOM).

Bourama Camara

Source: Mali24.info

Laisser un commentaire