Mali : En 2021, il y a eu 10340 cas d’accidents et 179 morts à Bamako

Une année s’achève une autre commence, à Bamako chaque jour que Dieu fait apporte son lot d’accidents de la route et ses conséquences néfastes sur les familles endeuillées et sur la société.

Avec 4261 cas d’accidents, 5880 victimes 786 blessés et 94 morts en 2020, contre 10340 cas d’accidents, 14933 victimes 14754 blessés et 179 morts, l’année 2021 a sans nul doute été une année meurtrière, sur les routes et cela malgré les différentes campagnes d’informations et de sensibilisations des usagers sur le respect scrupuleux du code de la route.

Selon le directeur régional de la protection civile de Bamako, le LT Colonel Adama Diatigui Diarra, en regardant ces chiffres qui font froid au dos et en faisant une comparaison entre l’année 2020 et 2021 ont se rend compte que la route tue et continue de tuer et cela malgré les messages de sensibilisation des usagers au respect du code de la route.

« En respectant le code de la route tu sauves ta vie, et celle des usagers de la route. Toutes ces victimes sont une perte pour leurs différentes familles endeuillées par la perte d’une personne si chère par la faute d’un usager trop pressé, négligeant qui n’a pas  respecter le code de la route soit par ignorance ou par rapidité. Il est aujourd’hui tant que les usagers de la route notamment les jeunes qu’ils comprennent que le respect du code de la route sauve des vies »,  a-t-il souligné

Selon lui, ces statiques fournies par la protection civile, la police et les services médicales doivent aujourd’hui être un outil de plaidoyer et de prise de décision de la part des plus hautes autorités du pays pour lutter contre l’insécurité routière.

Il n’a pas manqué de souligner que plusieurs facteurs expliquent ces nombreux cas d’accidents de la route  entre autres :

 La forte croissance démographique, l’urbanisation galopante, l’accroissement spectaculaire des moyens de transport individuel, le non-respect du code de la route etc.

Il a aussi déploré qu’aujourd’hui au niveau de la circulation les gens ne sont pas sensible aux bruits de la sirène.

Mohamed Kanouté

Source : Mali24

Laisser un commentaire