Mali : Paix et réconciliation nationale : Les arabophones  font des propositions

Réconciliation et paix, la question était ce mercredi 22 septembre 2021 au cœur d’une rencontre qui s’est tenue au centre international de conférence de  Bamako CICB.

 Initiée par le ministère de la réconciliation nationale  et de la cohésion sociale en partenariat avec  l’association de la conférence des cadres pour le Mali et le conseil national des arabophones, ce cadre de rencontre, d’échanges  et de partage d’idées qui avait pour thème le rôle  des arabophones dans la réconciliation, la paix et le développement au Mali  a  enregistré la présence des membres du gouvernement, les arabophones, et un parterre de journalistes.

Objectifs : Recueillir les propositions de sortie de crise des arabophones d’une part et d’autre part les amener à mieux comprendre les contours de la  crise sécuritaire qui touche le Mali depuis 2012.

En souhaitant la bienvenue aux invités le secrétaire général de l’association de la conférence  des cadres pour le  Mali, Sandy Touré a souligné que la tenue de cette rencontre  s’inscrit dans le cadre de la recherche d’une solution à la crise sécuritaire qui a profondément touchée les socles et les fondements de notre société depuis plusieurs années.

Il a par ailleurs signalé que cette rencontre est une opportunité pour les participants  de mener des réflexions dans le but de mettre sur place une stratégie de sortie de crise.

Dans sa communication le président du conseil national des arabophones Salam Traoré  a touché du doigt la nécessité aujourd’hui pour les maliens de s’unir, de mener une réflexion poussée en vue  de recueillir les propositions de sortie de crise de toutes les couches de la société.

En présidant l’ouverture  des travaux, le ministre de la réconciliation nationale et de la cohésion sociale, le colonel major  Ismaël wagué, s’est réjoui de la forte présence  des arabophones à cette rencontre qui prouve toute son importance pour sortie de crise.

« L’accord pour la paix et la réconciliation issu  du processus  d’Alger signé représente  une étape décisive de sortie de crise. Il  s’agira de mener des activités dans les domaines suivants : La  gouvernance et cadre institutionnelle, les questions de sécurité, le développement socioéconomique et culturel, la réconciliation, la justice et les questions  humanitaires », a-t-il déclaré  

 Et d’ajouter  que la réconciliation   nationale se trouve au cœur  du processus de sortie de crise au Mali. « Elle  apparait même  comme  la condition sine qua non de  la stabilisation politico-institutionnelle et de la refondation de l’état. C’est pourquoi  les plus hautes autorités de la transition ont inscrit la mise  en œuvre de l’Accord pour la paix  et la réconciliation parmi ses priorités, comme l’attestent les activités inscrites dans le programme d’action du gouvernement PAG », a conclu le ministre.

Mohamed Kanouté

Source : Mali24

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *