Mme Haïdara Aïchata Cissé dite Chato candidate au parlement panafricain : “En plus de la sous-région ouest africaine, nous avons le soutien de l’Afrique du nord et du centre”

Avant de s’envoler le mardi dernier en Afrique du Sud pour briguer la présidence du Parlement panafricain, Aichata Cissé dite Chato, candidate du Mali à ce poste, était la veille face aux hommes de médias à la Maison de la presse. Objectif :  faire le point de sa campagne, mais aussi, décliner ses priorités une fois élue à la tête de cette institution.

Deuxième vice-présidente chargée de la diplomatie du bureau sortant du Parlement panafricain, Mme Haïdara Aichata Cissé dite Chato, en se présentant au poste de présidente de cette institution entend, comme elle l’a rappelé dans ses engagements, rehausser l’image de cette organisation qui représente la voix des peuples africains, en améliorant la communication.

Ainsi, la candidate du Mali a salué les plus hautes autorités, notamment le président de la Transition, Bah N’Daou, qui a dépêché une mission gouvernementale, notamment le ministre des Affaires étrangères, pour sillonner plusieurs pays du continent afin de plaider la candidature malienne.

“Ce n’est pas tout. Le président du Conseil national de transition, Malick Diaw, a écrit à tous les Etats africains pour soutenir la candidate du Mali”, a révélé la conférencière. Ce, sans compter les déplacements de la candidate qui dispose d’un large réseau, diversifié, dans certaines capitales du continent.

En tout cas, la candidate du Mali qui fera face au président intérimaire sortant, un Zimbabwéen, se dit confiante quant à l’issue du scrutin.

“Aujourd’hui, je peux affirmer qu’en plus de l’Afrique de l’ouest notre candidature est soutenue par l’Afrique du Nord et l’Afrique centrale”, s’est-elle réjouie.

Mme Haïdara a saisi cette tribune pour lever toute équivoque par rapport aux supputations sur la recevabilité de sa candidature, compte tenu du statut des membres du CNT qui ne sont pas des élus, mais des parlementaires désignés.

“Le Parlement de la Cedeao est différent du Parlement panafricain et pour être membre du Parlement panafricain, les textes sont clairs. L’article 28 stipule qu’il faut être élu ou désigné d’un parlement ou d’un organe législatif et le CNT est l’organe législatif du Mali”, a précisé Chato, tout en balayant d’un revers de main les rumeurs sur l’illégalité de sa candidature.

Le clou de cette rencontre avec la presse a été surtout la présentation de son slogan à savoir “Un parlement panafricain innovant et actif au service des peuples africains” et aussi de ses dix engagements, parmi lesquels on peut citer : “Veiller strictement à la promotion et l’émergence du Parlement panafricain en y intégrant la promotion de la femme et la défense des droits par l’égalité des chances ; poursuivre la difficile, urgente et indispensable ratification du protocole du Parlement panafricain ; créer une synergie d’actions entre le Parlement panafricain et les autres organes de l’Union africaine ; créer la confiance entre le bureau du Parlement panafricain et le staff ; rétablir et améliorer le droit des députés qui sont injustement inexistants… “.

A noter que plusieurs membres du CNT seront candidats au Parlement panafricain, mais au niveau des commissions. Moctar Mariko est candidat à la Commission lois et règlements, Aly Koné à la Commission audit, Aminata Fatima Ibrahim Fofana à la Commission coopération.

              Kassoum THERA

Aboubacar Sidiki Koné (député ivoirien) à propos de la candidature de Chato à la présidence du parlement panafricain

“Mme Haïdara a le profil idéal, la qualité de faire renaître notre Parlement”

Candidate à la présidence du Parlement panafricain dont l’élection est prévue pour le 31 mai 2021 en Afrique du Sud, Mme Haïdara Aïchata Cissé dite Chato peut compter sur ses pairs ouest-africains qui ont décidé de porter leur choix sur elle pour de multiples raisons évoquées par Aboubacar Sidiki Koné (député de la Côte d’Ivoire).

D’après Aboubacar Sidiki Koné (député ivoirien), le Parlement panafricain a besoin de Mme Haïdara Aïchata Cissé comme présidente. “Nous estimons aujourd’hui que notre Parlement a besoin d’une femme, d’une personne dynamique, surtout d’un président qui va être au-delà des clivages régionaux, linguistiques et qui ne va pas être le président des Anglophones, des Francophones, des Lusophones. Nous pensons que Mme Haïdara Aïchata Cissé a la qualité de faire renaître le Parlement panafricain, d’inspirer la confiance aux chefs d’Etat et aux autres organes de l’Union africaine et d’être une bonne courroie de transmission entre les peuples africains et les Institutions qui représentent ces peuples, notamment le Parlement africain”, a-t-il dit.

Le député ivoirien espère que Chato va être au-delà des intrigues et d’autres questions fâcheuses qui plombent le fonctionnement du Parlement panafricain. “Le leadership de Mme Haïdara Aïchata Cissé est connu. Elle a le soutien de beaucoup de chefs d’Etat africains. Et en tant qu’organe de l’Union africaine, le Parlement panafricain est un organe consultatif. Il est donc bon que nous, députés, rassurons les organes de l’Union africaine, notamment la Conférence des chefs d’Etat. Et nous pensons que Mme Haïdara Aïchata Cissé du Mali a le profil idéal pour inspirer cette confiance pour rassurer les députés, rassurer le personnel du Parlement panafricain et rassurer les autres organes, notamment les chefs d’Etat”, a-t-il rassuré.

A rappeler que Chato a déjà été vice-présidente du Parlement panafricain. Si elle est élue, son défi principal sera de donner encore plus de poids à cet organe de l’Union africaine.

  Siaka DOUMBIA

Source: Aujourd’hui-Mali

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *