Modibo Sidibé à propos des difficultés du processus d’installation des autorites de la transition : « le m5-rfp ne se laissera pas faire. il va continuer à mener la bataille »

Dans l’émission débat politique de la radio Klédu sur la crise malienne, le M5-RFP, la refondation et la transition, le Président du parti Forces Alternatives pour le Renouveau et l’Émergence (FARE AN KA WULI), Ancien Premier ministre, M MODIBO SIDIBÉ a évoqué les difficultés du processus d’installation des autorités de la transition. C’était ce jeudi 03 décembre 2020, juste quelques heures après la publication de la listes des membres du Conseil National de Transition (CNT). 

L’ancien Premier a expliqué que « Certains disent qu’ils ont leurs noms sur la liste mais qu’ils ont refusé. Qu’est ce que cela veut dire ? C’est une question de pays. L’homme ne doit pas faire tout ce qui est en son pouvoir. Nous sommes là pour le pays. Après ces nombreuses années de travail sacrifiées pour le peuple, on ne peut s’assoir et regarder. Nous sommes dans la difficulté. On doit  prendre un chemin de transparance, de paix qui peut nous permettre d’avoir la maturité sur notre socle pour être une union et de faire face à la sécurité, au COVID-19, à l’économie. .. »

Il signalé que même le secteur coton est dans le trou aujourd’hui et les conséquences sont déplorables. “Que Dieu nous protège du reste. Au lieu de faire face à tout cela, on ne fait que des nominations. Est-ce que c’est une manière de travailler ? Ce qui s’est passé à la conférence des forces vives : ils ont accaparés la charte. Après ils ont prêté serment avant l’adoption de la charte. Tout le monde voit ce qui se passe. Ce n’est pas la peine que je revienne là-dessus. Je n’ai peur de rien pour beaucoup de choses. Mais tout dépend de Dieu. Je l’ai dit mais les gens n’ont pas tout compris. Si tu te précipites sur celui qui cherche quelque chose d’en haut, il dira qu’il veut gratter sa tête. Donc laisse-le jusqu’à ce que sa main se dirige vers un endroit différent de sa tête. Comme cela tout sera clair. Nous sommes sur ce chemin. Les choses sont en train de devenir plus claires’’.

Concerant le M5-RFP et An tè a bana,  l’ancien premier ministre a souligné qu’il faut tout simplement comprendre que si on va à une bataille, on doit faire certaines choses

On doit collaborer avec certaines personnes. C’est normal. Mais au cours de la lutte, certains peuvent baisser les bras, d’autres peuvent se retirer. Ce qui est difficile est que la majeure partie des gens qui mènent la lutte reste et continue de mener la bataille. Le M5-RFP est actuellement dans ce contexte…..

Source : Le soir De Bamako

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *