Négociations avec les djihadistes maliens : Les autorités de la transition donnent leur feu vert au Haut Conseil Islamique

Le Mali va négocier avec les djihadistes Iyad Ag Ghaly et Amadou Kouffa. Le mandat a été donné par les autorités de la transition au Haut Conseil Islamique du Mali, dirigé par Ousmane Madani Haïdara, pour mener cette mission qui était l’une des conclusions du Dialogue National Inclusif, tenu en décembre 2019.

Selon Moufa Haïdara, le chargé des négociations du Haut Conseil Islamique du Mali (HCI), lors de ces négociations, « il s’agira à travers ces discussions à engager avec les responsables des groupes armés (avec Iyad Ag Ghaly et Amadou Kouffa) de « trouver un compromis entre Maliens, pour que la guerre cesse ». « Le Mali est un vieil pays traditionnel, nous avons coutume de dialoguer.

Quand il y a des grandes crises, on trouve des solutions entre nous. On sait que Iyad AG Ghaly et Amadou Kouffa sont des Maliens à cent pour cent. Ce sont des musulmans aussi»., a déclaré Moufa Haïdara hier, mardi 19 octobre 2021, au micro de TV5 Afrique. Pour rappel, le Haut Conseil Islamique du Mali n’est pas à son premier coup d’essai. En avril dernier, à Farabougou, les donzos et les djihadistes avaient signé un accord de cessez-le-feu définitif sous l’égide du Haut Conseil Islamique du Mali.

Très longtemps, la position de l’État malien et de la communauté internationale était de ne pas négocier avec les djihadistes maliens dans le cadre du processus de paix au Mali. Contrairement à la position de la France qui est contre toute négociation avec des « groupes armés terroristes » au Mali, Moctar Ouane, ancien Premier ministre de la transition, avait exprimé, en décembre dernier, le souhait de son gouvernement « d’engager le dialogue avec tous les enfants du Mali sans exclusive », celui-ci découlant d’une volonté d’« être en phase avec la volonté des Maliens et de tenir compte des réalités nationales ». Cette option de négocier avec les djihadistes est l’une des recommandations du dialogue national inclusif tenu en décembre 2019 et était aussi une des conclusions de la conférence d’entente nationale tenue du 27 mars au 2 avril 2017. C’est aussi un souhait exprimé à maintes reprises par l’imam Mahmoud Dicko quand il était président du Haut Conseil Islamique du Mali. D’ailleurs, lors d’une grande manifestation à Bamako, le samedi le 29 février 2020, le célèbre imam malien avait appelé Iyad Ag Ghaly et Amadou Kouffa à une trêve.

Madiassa Kaba Diakité

Source: Le Républicain

Laisser un commentaire