PDI-BS dans le Moyen Bani (Bla-San et Djenné): Les infrastructures confiées à l’Office du Moyen Bani

La semaine du 14 au 18 juin 2021 a enregistré des événements importants dans les zones de Bla-San et Djenné pour le programme de Développement de l’Irrigation dans le Bassin du Bani et à Sélingué BDI-BS. Il s’agissait du transfert à l’Office du Moyen Bani des infrastructures réalisées dans le cadre du projet Moyen Bani et le PDI-BS ainsi que la validation des études d’aménagement de 10 000 hectares de plaine à vocation agro pastoral de la rive droite du fleuve Niger à Djenné.

L’Office du Moyen Bani à travers son directeur, Mamadou TRAORE et le directeur national du génie rural, Agatham AG Alassane ont signé les actes de transfert le mardi 15 juin 2021 en présence du gouverneur et le maire de la région de San respectivement colonel Ousmane Sangarè et Félicité Diarra.

Sans le PDI-BS, l’Office du Moyen Bani ne serait pas créée exprime ainsi le directeur de l’office. Selon lui, ces infrastructures reçues étaient attendues avec impatience vue ses importances dans la production mais aussi dans le fonctionnement de l’office. Il rassure bon usage de ces biens si indispensables pour la sécurité alimentaire et le développement socioéconomique des zones du Moyen Bani. Quant au directeur national du génie rural, Agatham AG Alassane, le PDI-BS continuera à assister l’Office du Moyen Bani jusqu’à ce qu’elle soit autonome comme les autres offices du Mali. Il a encouragé le directeur TRAORE de bien s’investir pour l’atteinte des objectifs de l’office.

Le gouverneur de la région de San colonel Ousmane Diallo rappelle que le Gouvernement de la République du Mali et les Bailleurs de Fonds ayant accompagné le Mali pour la réalisation des infrastructures constituées de l’ouvrage structurant du seuil de Talo inauguré le samedi 17 mars 2007 et ses aménagements connexes, notamment les plaines de Woloni : 8 750 ha ; les plaines de Tounga : 5 600 ha ; les plaines de San-Ouest : 5 500 ha ; les plaines de San-Est : 3 100 ha  soit 22 200 ha aménagés en submersion contrôlée. Ces aménagements permettront d’augmenter les productions et la productivité.  Ils serviront de bases de la sécurité alimentaire, du changement climatique de la zone du Moyen Bani, le désenclavement, la création d’emplois, la sécurisation des revenus et la réduction de l’exode rural des jeunes et femmes. En plus de ces avantages, la population du Moyen Bani se réjoui de la possibilité de couplage au seuil de Talo, d’une mini centrale hydro-électrique pour la production électrique actuellement en cours de lancement à la Banque Africaine de Développement (BAD).  Le gouverneur a invité la Direction de l’Office du Moyen Baní à prendre méticuleusement soins des infrastructures transférées en vue d’en assurer les entretiens et fonctionnements corrects pour l’atteinte des objectifs de production et de productivité, initialement assignés.

Les infrastructures transférées à l’Office du Moyen Bani   

Le seuil de Talo a été réalisé dans le cadre du projet Moyen Bani. Il a une vocation agricole avec trois fonctions essentielles :

  1. Surélever le niveau du fleuve Bani pour irriguer les plaines en amont et en aval ;
  2. Assurer un débit sanitaire (5 à 10 m3/s) pour les usagers en aval du seuil (San, Djénné) ;
  3. Permettre de relier les deux rives (pont métallique) du Bani pour assurer la circulation
  1. La consolidation des infrastructures de la première phase du Projet Moyen Bani

CONSISTANCE DES TRAVAUX

Les travaux comprennent :

• La réalisation d’un mur de soutènement en béton armé et protection aval en gabions en rive gauche du Bani ;

• Les relevés topographiques sur l’ensemble des casiers des plaines de Tounga ;

• La mise à niveau de trois (3) ouvrages de contrôle (démolition des obstructions des passes et installation de vannes supplémentaires) ;

• La mise au gabarit du canal principal (surcreusement et profil avec risberme) et réparation en aval de la prise principale en rive droite ;

• La mise au gabarit du canal principal de Toungan Est (élargissement de 4 à 16 m) ;

• La démolition de l’ouvrage de chute en ruine de la vidange de Toungan Est et construction d’un nouvel ouvrage de chute en gabions ;

• La mise en place de balises de repérage de niveau dans les casiers de Toungan Ouest, Centre et Est.

Protection de la berge rive gauche du Bani
Montage des vannes de la prise principale et le revêtement en pérré sec du canal de Tounga
Passage métallique à Tounga
Les gardes fou sur le digue maîtresse du seuil de Talo

Aménagement des plaines de San Ouest (canaux, digues, ouvrages d’alimentation et de vidange et préparation des terres cultivées)

CONSISTANCE DES TRAVAUX

• Les relevés topographiques sur l’ensemble des casiers des plaines de San Ouest :

 La digue de berge de San Ouest allant de Tabara à l’ouvrage de vidange de guélikoro San Ouest à 44,6 km ;

• La construction de huit (8) digues de protection ou de séparation des casiers totalisant 46,05 km 

• La construction d’un canal d’amenée principal entre la prise de Fori et le casier C de San Ouest 

• La construction des canaux principaux et secondaires au sein de chaque casier de San Ouest ;

• La construction de neuf (9) ouvrages de contrôle ;

• La construction de quatre (4) ouvrages de vidange suivis d’un ouvrage de chute en gabions ;

• La construction de quatre (4) ouvrages de franchissement (dalots multiples) ;

• Le labour des parcelles ;

• La mise en place de balises de repérage de niveau dans les casiers de San Ouest.

L’ouvrage de Fori (la prise principale des plaines de San Ouest)
Les ouvrages de d’irrigation des plaines de San-Ouest
  1. Aménagement des plaines de San -Est

CONSISTANCE DES TRAVAUX

  • Les relevés topographiques sur l’ensemble des casiers des plaines de San Est     ( casier 1 et 2) ;
  • Une digue de berge de San Est allant de l’ouvrage de vidange de Guelikoro à la digue route de San-Tineni 12 km
  • Trois (3) digues de séparation et de protection des casiers totalisant 20,7 km ;
  • Un canal d’amenée principal entre la prise de San Est 1 et l’ouvrage de vidange de San Est 2
  • Des canaux principaux et secondaires au sein de chaque casier de San Est           ( casier 1 et 2)
  • Un ouvrage de contrôle ;
  • Un ouvrage de vidange suivi d’un ouvrage de chute en gabion ;
  • Le labour des futures parcelles et la mise en place des balises de repérage de niveau dans les casiers de San Est (casier 1 et 2).
Le Casier de San – Est en eau avec le pont de franchissement sur le défluent « banifing »
La digue route de San – Tineni (large de 6m et longue de 10 km)

Atelier de validation de l’étude d’aménagement de 10 000ha de plaines à Djenné

A l’ouverture de l’atelier, le représentant du gouverneur de Mopti Abdoulaye Cissé, rappelle que le Programme de Développement de l’Irrigation dans le bassin du Bani et à Sélingué  PDI-BS a pour objectif sectoriel de contribuer à l’accroissement de la sécurité alimentaire et à la réduction de la pauvreté, en prenant part de façon durable à l’augmentation de la production rizicole et des autres productions  agro-sylvo-pastorales et piscicoles dans sa zone d’intervention.

Dans la zone de Djenné, la première phase du Programme consiste d’une part, en la réalisation des infrastructures nécessaires à l’irrigation de 15 000 ha de rizière dont 1 000 ha en maîtrise totale de l’eau à Sarantomo, 10 000 ha de bourgoutière, 250 ha de mares et étangs piscicoles, 50 ha de maraîchage, et d’autre part, en la mise en œuvre des actions devant conduire à la mise en valeur effective des surfaces aménagées et la protection de l’environnement.

C’est dans ce cadre que le PDI-BS a commandité une étude d’aménagement de 10 000 ha en vue d’accroitre la production dans les plaines du Yongari et du Mangari.

L’étude a pour but de s’assurer que la variante d’aménagement proposée par l’étude d’Avant-Projet Détaillé APD correspond aux besoins réels et à la capacité des bénéficiaires. Selon le représentant du gouverneur, cet atelier permettra aux participants de prendre connaissance du projet et de valider les études.

Etude d’aménagement

Présentation de la zone de l’étude

Située dans le cercle de Djenné, en rive droite du Niger, la zone du projet s’étend entre Nouhoun Bozo et Kouakourou.

De façon général elle est comprise entre le fleuve Niger et le système Tinankié- Diambou reliant Kouakourou à Djenné dans la commune rurale de Kewa.

Le site se trouve sur la route Yangha-Koa, il est limité : à l’Ouest par le village de Kali (situé à 1 kilomètre), au Nord par le fleuve Niger et à l’Est par les villages Yanga et le chef-lieu de la commune Kouakourou.

La commune est reliée à la piste rurale Djenné-Kouakourou difficilement praticable en hivernage.

La population de la zone d’étude est estimée à 22 025 habitants soit 10,57 % de la population totale du cercle de Djenné qui est de 208 413 habitants. Elle est essentiellement composée de Bozo, Somono, Peul, Bambara et Sonrhaï réparties entre 4 071 ménages (RGPH 2009).

Les principales activités se résument à l’élevage, l’agriculture et la pêche.

Conception des aménagements

Il s’agit spécifiquement de protéger la plaine contre les hautes eaux ; contrôler l’inondation de la plaine afin de permettre la croissance des plants : vitesse de montée (5 cm/j). Contrôler le retrait de l’eau de la plaine ; assurer une meilleure répartition de la crue dans la plaine afin de permettre aux zones de mêmes altitudes de recevoir de l’eau au même moment. Mettre les cultures à l’abri des poissons dévastateurs des cultures ; assurer une rétention de l’eau aussi longtemps que possible de manière à boucler le cycle des cultures.

Résultat des études techniques

Suite aux études techniques de bases, le consultant a retenu les chenaux suivants à aménager :

  • Le N’Jarakoye: défluent du fleuve Niger à l’amont du village de Koua. Il prend son départ sur le Niger à la cote 269,445m avec une longueur de 16,500 km et a une lame d’eau pouvant atteindre 2m en période des crues.
  • Le Kolenzé : Il prend son départ du fleuve Niger à l’amont du village de Kolenzé, à la cote : 267,74m avec une longueur de 17,189 km pour terminer son parcourt dans le Tinankié ;
  • Le Tinankié : chenal défluent du fleuve Niger près de Kouakourou avec une cote d’entrée de 267,88 m, une lame d’eau allant de 1,50 à 2m et une longueur totale de 26,5km. Il collecte les eaux des deux autres chenaux précèdent (le N’jarakoye et le kolenzé) ;
  • Le Diambou : chenal venant du Bani pour se jeter dans le fleuve Niger sur plus de 36 km, il communique avec le chenal de Tinankié au niveau du village de Toun.

Les ouvrages  de régulation

  • Ouvrage sur le chenal de Koua

Cote de calage 272,27 m, l’ouvrage d’une longueur totale de 525m comprend un régulateur central en béton de 40 m reparti en neuf (9) pertuis de 3m de largeur munis de vannes à crémaillères.

  •  Ouvrage sur le chenal de Kolenzé

Situé à l’entrée dudit chenal l’ouvrage calé à la cote 272,26 m, a une longueur totale de 540 m y compris les remblais d’accès dispose d’un régulateur en béton de neuf pertuis de 3,5m de large munis de vannes à crémaillères.

  • Ouvrage sur le chenal Tinankiè

Situé en amont du village de Kouakourou, l’ouvrage calé à la cote 272,22 d’une longueur totale de 600 m dispose d’un régulateur en béton de 60m réparti en treize pertuis dont onze de 3,00m de largeur chacune pour l’admission et deux de 4,40m pour la vidange. Tous les pertuis sont munis des vannes à crémaillères.

  • Ouvrage de TOUN

Il s’agit de la reconstruction de l’ouvrage de vidange de Toun situé aux environs du village de Toun à 11 km de Kouakourou. Il est réalisé sur le chenal reliant le Tinankié et le Diambou. Calé à la cote 272,67 m, cet ouvrage de neuf passes de 3,00m de large chacune a une longueur totale de 580 m y compris les remblais d’accès.

Découpage de la plaine et réseau d’irrigation

Le réseau d’irrigation comprend :

Quatre chenaux d’amenés sur lesquels sont réalisés quatre ouvrages de prise pour contrôler l’admission et le niveau d’eau dans la plaine. Les prises sur ces chenaux permettront d’irriguer la plaine par débordement pour ensuite conduire l’excédent d’eau vers le Niger.

Réseau de drainage :

La vidange de la plaine sera assurée par les ouvrages de Tinankié et de Toun, qui jouent deux rôles (l’admission et la vidange de la plaine).

Digue de protection et réseau de circulation

Pour faciliter l’accessibilité de la zone de production en toute saison par les véhicules, il sera réalisé la piste Djenne – Kouakourou sur un tronçon de 35 km. Elle permet de protéger la plaine contre les eaux de débordement du fleuve ; un ouvrage de franchissement sur le chenal Diambou à Kouakourou est prévu ainsi que la piste Kouakourou-Kolenze – Koua.

Les différents usages de la plaine seront :

  • Superficie totale étudiée               : 12 948 ha;
  • Superficie en bourgoutière                      :   5 879 ha;
  • Superficie Couloir pastorale                    :     590 ha;
  • Superficie rizicultivable                 :   4 345 ha;
  • Superficie de pêche/navigation  :   1 321 ha (mares +chenaux);
  • Zone d’habitation (villages)                     :       65 ha.

Oumar KORKOSSE

Source: mali24.info

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *