Pour qui roule (désormais) Dicko ?

Mahmoud Dicko, accusé à tort ou à raison ? C’est l’interrogation qui mérite d’être posée aujourd’hui vu la teneur de plusieurs parutions de la semaine dernière. Suite à son silence qualifié d’assourdissant depuis son retour déclaré dans sa mosquée, l’Imam qui incarnait l’Autorité morale du M5 est aujourd’hui au centre de toutes sortes d’attaques tendancieuses lui traitant de tous les noms d’oiseau.

Pour les uns, les plus sceptiques, il roule pour la junte en rupture avec le Mouvement du 5 juin, qui a déclenché la révolte contre le régime d’IBK. Pour les autres, sa distance observée vis-à-vis de la scène politique nationale présage une stratégie du Religieux de s’offrir une retraite dorée. Pour certains, plus virulents, le Leader religieux est désormais à l’antipode de sa célèbre déclaration lancée à la sortie d’un dialogue avec des médiateurs de la Communauté lors du soulèvement contre le Régime d’IBK : « Je préfère mourir en martyr que de vivre en traitre ». Et, pour cause, ses détracteurs les plus virulents l’accusent d’avoir trahi la cause des victimes de la répression sanglante de Badalabougou.

Cependant, pour les observateurs avertis, l’heure est à se poser sans état d’âme la question de savoir : pour qui roule désormais l’Imam Dicko ?

En tout état de cause, force est de constater que, depuis la chute du Président IBK, des voix s’élèvent de tous les côtés pour s’interroger anxieusement sur le mutisme du « Guide éclairé » Mahmoud Dicko.

Vu son apport décisif dans le renversement du Régime d’IBK, nombreux sont de Maliens qui voudraient encore voir l’Imam Dicko signer son retour sur le front sociopolitique contre les ténors de junte militaire eux aussi.  Ou, par défaut, de recadrer son gendre Issa Kaou Djim, devenu « trop bavard » contre ses camarades du M5-rfp. Ses compagnons de lutte qui incarnaient l’aile politique du front sociopolitique contre le pouvoir déçu. Donc, pour s’être éloigné de la scène publique ou en laissant la main libre de la junte d’agir sur le champ politique, l’Imam Mahmoud Dicko est aujourd’hui au centre de nombreuses attaques et… d’interrogations.

Certains trouvent son mutisme injustifié face à certains dérapages de ses protégés.

On l’accuse aussi d’être dans les secrets des Dieux concernant la vague d’interpellations de gens proche de l’ancien PM, Boubou Cissé. D’où, à la surprise générale, l’ancien Président de la plus prestigieuse Institution religieuse malienne, le Haut Conseil Islamique, voit sa popularité en train de dégringoler dans bien de milieux sociaux. Autorité morale du M5-rfp, fortement engagé contre le Régime d’IBK, en 2020, « l’éclairé Guide » est de nos jours victime de toutes sortes d’accusations. Avec le soulèvement populaire qui a permis aux militaires de perpétrer leur coup d’État du 18 août 2020, l’Imam Mahmoud Dicko a inscrit son nom dans l’Histoire du processus de transition.

Mais, l’Histoire étant riche aussi en contradictions et accrocs, au cours de ces dernières semaines, la côte de popularité du Religieux-politicien avait tendance à chuter vertigineusement. Surtout qu’il lui est reproché également d’être derrière les putschistes dans beaucoup de nominations et d’octroi de promotions et dans le choix des membres du Conseil National de Transition (CNT). Dans plusieurs vidéos, on lui reproche de tous de faire preuve d’inertie qualifiée de silence coupable cautionnant les abus des putschistes soupçonnés de vouloir se maintenir au pouvoir et d’être en complicité avec l’influent Imam.

En revanche, pour les proches de l’Imam, il ne s’agirait là que des accusations montées de toutes pièces par des saboteurs de la transition en cours. « C’est juste de çà qu’il, est au cours de ces derniers jours victime d’un lynchage médiatique », s’est confié à L’AUBE un adepte de l’Imam de Badalabougou. Face à la persistance des accusations et suspicions de toutes sortes contre l’Imam Dicko, il est à s’interroger objectivement par rapport aux motifs réels de cette campagne en cours.

Pour les pro de l’Imam, ces accusations montées contre lui seraient infondées.  « Ce sont surtout des membres du M5-rfp et d’autres frustrés politiques qui l’en voudraient à mort. Il y en a aussi qui se vengent contre Issa Kaou Djim sur l’Imam. Pour ceux-ci, c’est le fait que Dicko n’empêche pas son gendre et porte-parole, Issa Kaou Djim, de tenir des propos amers à l’endroit de ses anciens camarades du M5-rfp et toute la classe politique originelle », fustigera cet autre inconditionnel de l’Imam.

Djankourou

Source: L’Aube

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *