Pour vol d’enfants: Des éléments de Qnet brûlés vifs à Sikasso

Les vols d’enfants sont aujourd’hui très fréquents dans la Cité verte du Kenedougou. Cette activité meurtrière serait juteuse, selon les aveux des suspects interrogés au niveau du commissariat de police du 1er arrondissement de la ville.

Ainsi des membres du réseau de Qnet se sont installés dans le quartier de Mamassoni dans une villa ey de se faisaient passer pour des hommes d’affaires mais qui ont fait de cette cette mauvaise pratique un fonds de commerce.

Avec plusieurs cas de disparition d’enfants dans le quartier, les habitants se posaient beaucoup de questions. Aussi ont-ils décidé de s’intéresser de plus près à ces disparitions, afin de mettre la main sur les présumés auteurs.

En effet, le  commissariat du 1er Arrondissement de Sikasso a fini par mettre hors d’état de nuire 27 éléments de ce réseau criminel le samedi dernier. Cet exploit a été rendu possible, grâce à la collaboration de citoyens qui habitent ce quartier.

La recherche du pouvoir est devenue un enjeu capital pour tout le monde. Chacun veut avoir de l’argent. Ainsi ces éléments de Qnet ne ne pratiquaient aucune activité lucrative, se contentant d’enlever des enfants pour vendre leurs parties  génitales.

Ce réseau qui vient d’être démantelé serait sans doute habitué à enlever les enfants pour les offrir comme sacrifices rituels. En tout cas, la police du 1er Arrondissement de Sikasso est intervenue, afin d’éviter le carnage.

La population du quartier de Mamassoni, sous la colère, a lynché 9 personnes. L’intervention de la police a été difficile, car elle a été prise à partie, souvent par des habitants du quartier qui voulaient se rendre justice. La police mène actuellement des enquêtes pour interpeler les personnes impliquées dans cette affaire.

Il faut noter que, selon les informations que nous avons glanées que ces éléments de Qnet qui s’adonnaient à cette mauvaise pratique vendaient les garçons à 250 000 FCFA et les jeunes filles à 200 000 FCFA. Ils volaient des enfants, venant pour la plupart de familles pauvres, qu’ils proposaient à leurs commanditaires pour ce ces modiques sommes. Nous préférons taire les identités de ces criminels pour la suite des enquêtes.

Les présumés auteurs de ces actes criminels sont actuellement au commissariat de police de Sikasso pour des enquêtes approfondies, afin d’être transférés devant le procureur de la République, près du tribunal de Sikasso pour répondre de leurs actes.

Seydou Diamoutené

22 septembre

Laisser un commentaire