Presse et justice : ICP Mali outille une vingtaine de journalistes à se prévenir d’un certain nombre d’incidents avec la justice

La maison de partenariat de Bamako a servi de cadre les 28 et 29 avril 2021 à un atelier de renforcement de capacité d’une vingtaine de journaliste sur l’éthique et la déontologie. L’ouverture de l’atelier était présidé par le président de l’Initiative d’information, de communication et de plaidoyer sur la protection sociale au Mali (ICP-Mali), M. Ousmane Dao en présence de Christian Klatt, le représentant de la Fondation Friedrich Ebert Stiftung au Mali, d’éminents experts.

Fruit d’un partenariat entre l’ICP-Mali et la FES, cet atelier avait pour thème : « Média et Justice : menace à la  liberté d’expression et de presse ou instrument de veille pour le respect de l’éthique et de la déontologie en journalisme ? ».

Au cours de ces deux jours de travaux, Mamadou Dabo, premier vice-président de la maison de la presse  non moins professeur de journalisme et communication dans plusieurs universités de la place a fait des présentations notamment sur les fondements de l’éthique et la déontologie en journalisme et enfin sur les interpellations des journalistes en justice : restriction de la liberté de presse ou exigence de professionnalisme.

Quant au second expert en l’occurrence Me Abdoulaye Nantoumé, magistrat au pôle économique, ses présentations ont porté sur « loi spéciale sur la presse et loi sur la cybercriminalité : que retenir ? » et « défis généraux et perspectives dans les liens entre la presse et la justice ».

Le représentant de la FES, Christian Klatt a salué cette initiative de l’ICP-Mali qui contribuera à renforcer les capacités des journalistes maliens tout en les rappelant les principes généraux qui fondent le journalisme.

S’exprimant sur l’intérêt de cet atelier, le président ICP Mali dira ceci : « Cet atelier a pour but de  réunir une vingtaine de journalistes autour d’un thème « médias et justice : faudrait-il voir ça sous l’angle d’une menace ou d’une restriction de la liberté d’expression et de presse ou est ce qu’il faudrait voir ça sous l’angle d’un instrument de veille et du respect de l’éthique et de la déontologie en journalisme ». Ces derniers temps, a-t-il rappelé, les hommes et les femmes de médias sont trainés devant la justice, nous nous sommes dit ajoute-t-il que quelque part, quelque chose ne va pas. Alors, probablement, il y a une faible maitrise des instruments juridiques qui encadre la profession de journaliste.

Après avoir salué la FES, son partenaire, M. Dao a invité ses confrères au professionnalisme dans le métier. Pendant deux jours, les journalistes ont été dotés d’éléments leurs permettant d’exercer leur métier sans avoir des problème avec la justice.

Bourama Camara

Source: Mali24.info

Laisser un commentaire