Rapport « Stop à la guerre contre les enfants » lancé : Save the Children sollicite l’implication des autorités pour l’opérationnalisation de la charte

Le Mali, à l’instar des autres pays du monde a célébré le lancement du rapport « Stop à la guerre contre les enfants » sous la présidence de M. Amavi AKPAMAGBO, directeur pays de Save The Children au Mali. C’était ce vendredi 15 février au siège de Save The Children Mali.

A l’entame de ses propos, Amavi AKPAMAGBO, directeur pays de Save The Children au Mali a fait un exposé linéaire sur les conditions de vie des enfants dans les zones de conflits armés et l’impact que ce rapport apportera dans l’amélioration des conditions de vie des enfants.

A l’en croire, à l’heure où ils rédigeaient ce rapport, des millions d’enfants à travers le monde sont pris au piège de conflits dont ils ne sont pas responsables. Pour lui, leurs droits sont souvent bafoués en toute impunité.

En faisant une analyse succincte de ce rapport, on peut tout de même affirmer que les nouvelles données présentées par Save The Children sont accablantes car 420 millions d’enfants (soit près d’un cinquième des enfants dans le monde) vivent dans une zone de conflit, contre près de 30 millions en 2016.  Le nombre d’enfants vivant dans des zones de conflit a été multiplié par deux depuis la fin de la guerre froide. 1452 millions d’enfants vivent dans des zones en proie à de violents conflits, où les affrontements font plus de 1 000 victimes par an. Une nouvelle analyse réalisée par Save the Children montre que le nombre de « graves violations » des droits des enfants en temps de conflit, rapporté et vérifié par les Nations Unies, a quasiment triplé depuis 2010. Des centaines de milliers d’enfants meurent chaque jour, victimes des effets indirects des conflits (malnutrition, maladies et absence de soins médicaux, eau et assainissement, etc.)

Le même rapport c’est-à-dire « Stop à la guerre contre les enfants », révèle les six (6) violations graves contre les enfants notamment la tuerie et mutilation, le recensement et utilisation d’enfants, les violences sexuelles, l’enlèvement et séquestration, les attaques d’écoles et d’hôpitaux et le non accès à l’aide humanitaire.

« En effet, l’Afghanistan, l’Irak, le Mali, le Nigeria, la République de la Centrafrique, la RDC, la Somalie, le Soudan du Sud, la Syrie et le Yémen sont les dix pays touchés par des conflits où la situation est la pire pour un enfant », précise le rapport « Stop à la guerre contre les enfants ».

Bourama Camara

mali24.info

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *