Sahel : les leçons oubliées de l’échec afghan

ANALYSE. Pour cet expert, la France persiste à appliquer de vieilles recettes et semble ne pas comprendre que celles-ci sont vouées à l’échec. Explication.

aintenant que ce qui se disait en privé est devenu public, à savoir que la fin de la lutte contre les djihadistes au Sahel est impossible à prédire et que le gouvernement français ne peut assumer une guerre sans fin devant son opinion publique, il convient de réfléchir aux erreurs qui ont conduit à l’impasse actuelle.

Au-delà des erreurs de stratégie politique et militaire, l’engagement militaire français dans cette partie du monde s’explique par l’oubli de deux leçons essentielles. Pourtant, ces deux leçons relèvent du savoir commun.

On ne peut pas gagner des guerres asymétriques

En France, cette leçon est connue depuis la guerre d’Indochine. De plus, la même erreur a été tragiquement répétée par les États-Unis au Vietnam (alors qu’il y avait le précédent français) et, plus récemment, en Afghanistan (alors qu’il y avait le précédent soviétique).

Bien que l’impossibilité pour des démocraties de gagner des guerres asymétriques soit donc connue depuis longtemps, les gouvernements français depuis Nicolas Sarkozy semblent l’avoir oublié. Si la nécessité de la guerre actuelle contre le terrorisme (c’est-à-dire contre l’islamisme radical) est difficilement contestable, les modalités de cette guerre le sont largement. Or l’une de ces modalités décidées par les autorités françaises a été l’engagement militaire dans des guerres asymétriques, en Afghanistan d’abord, puis au Mali.

En Afghanistan, il s’agissait surtout, pour le gouvernement de Nicolas Sarkozy, de se rapprocher des néoconservateurs américains et de renforcer la relation transatlantique. Au Mali, il s’agissait pour le gouvernement de François Hollande d’éviter la victoire des djihadistes et un effet de contagion régionale. Si l’armée française a gagné la première bataille avec l’opération Serval, elle se sait aujourd’hui incapable de gagner la guerre.

Le conflit originel s’est régionalisé en s’étendant au très fragile Burkina Faso et a métastasé en une pluralité de conflits locaux qui prennent de plus en plus une tournure interethnique. Cette dynamique conflictuelle, que l’« approche 3 D » (Défense, Développement, Diplomatie) n’a pas réussi à contenir, comporte des risques élevés pour la France : coopération de l’armée française avec des armées commettant des crimes de guerre ; rejet par les populations locales de la présence militaire française et exacerbation de la francophobie sur le continent ; risque pour l’armée française de bavures et d’être manipulée et entraînée à son corps défendant dans des règlements de comptes interethniques, etc. Toutes choses qui rappellent que, pour avoir voulu protéger le régime d’Habyarimana au Rwanda, la France s’est retrouvée impliquée dans le dernier génocide du XXe siècle.

Ne pas gagner à moyen terme un conflit asymétrique, c’est s’enliser ; et s’enliser, c’est prendre les risques évoqués et devoir justifier toujours plus de pertes humaines devant l’opinion publique. De même que, en 2008, l’embuscade d’Uzbin avait contraint le gouvernement de Nicolas Sarkozy à arbitrer entre son désir de rapprochement avec Washington et l’impact des pertes sur l’opinion publique, le nombre croissant de militaires tués au Mali contraint le gouvernement d’Emmanuel Macron à repenser l’engagement militaire au Sahel alors que l’échéance de la prochaine élection se rapproche.

Ces deux gouvernements ont présenté à l’opinion publique ces « opérations extérieures » comme une guerre classique, c’est-à-dire une guerre qu’il faut mener pour la sécurité de la nation. Mais, pour beaucoup, ces opérations extérieures relèvent davantage de la politique étrangère que de la politique de sécurité nationale. La sécurité de la France semble moins en jeu en Afghanistan et au Sahel que son influence sur la scène internationale. Ce qu’un haut gradé a résumé en déclarant : « La France sans Barkhane, c’est l’Italie. »

Or cette politique est aujourd’hui doublement perdante : sur le plan intérieur, le coût humain de la politique du rang international est difficilement défendable devant l’opinion publique ; et, sur le plan extérieur, l’interventionnisme militaire des autorités françaises accroît la francophobie en Afrique – où la France a déjà perdu la bataille des cœurs et des esprits – et susciterait de nouvelles vocations terroristes. L’engagement dans des conflits asymétriques est donc une modalité contre-productive de la guerre contre le terrorisme. Dans le sillage du gouvernement américain, qui négocie sa sortie du conflit afghan avec les talibans, le gouvernement français vient de redécouvrir au XXIe siècle une leçon tragique du XXe.

On ne peut pas réformer la gouvernance néopatrimoniale par décret

En Afrique subsaharienne en général et au Sahel en particulier, la gouvernance des États est néopatrimoniale. Depuis au moins trente ans, de très nombreux travaux de recherche ont mis en évidence le fonctionnement de l’État néopatrimonial (accaparement privé des biens publics par l’élite dirigeante et pratique politique essentiellement clientéliste) et ses effets délétères.

À long terme, le fonctionnement de l’État néopatrimonial aboutit au délitement insidieux des services publics, à la criminalisation des élites dirigeantes, à l’intensification des luttes de pouvoir et à la neutralisation de l’aide internationale. Celle-ci est assez largement détournée de son but initial et sert surtout à la survie des élites politiques du pays. Elle équivaut à remplir un tonneau que d’autres vident, notamment quand elle prend la forme de l’aide budgétaire, ce qui est de plus en plus fréquent. En 2020, la démonstration du lien entre décaissements d’aide budgétaire et gonflement de comptes offshore a coûté son poste à Penny Goldberg, l’économiste en chef de la Banque mondiale, ce qui en dit long sur l’omerta qui règne dans les milieux de l’aide internationale.

Si les bailleurs ont pris conscience dès les années 1990 que la gouvernance néopatrimoniale des États africains était au cœur de leurs problèmes, leurs efforts visant à réformer ou à changer cette gouvernance ont rarement été couronnés de succès. Selon les évaluations de la gouvernance en Afrique qui font référence (celle de la Fondation Mo Ibrahim et celle de la Banque mondiale), après une amélioration de la gouvernance de 2010 à 2015 cette dernière a stagné. En 2019, selon la Fondation Mo Ibrahim, l’état global de la gouvernance en Afrique a même régressé.

Au Sahel, cette mauvaise gouvernance a été exposée et n’épargne aucun secteur : la prolifération des trafics de drogue, d’armes, d’or et de migrants avec la complicité des gouvernants ; les relations notoires du président du Mali démis par les putschistes en août 2020 avec la mafia corse ; le train de vie extravagant de son fils ; les détournements de fonds au ministère de la Défense du Niger, etc.

Si le diagnostic de la gouvernance néopatrimoniale est bien connu, en revanche l’échec des méthodes de soins ne l’est pas. Appeler à focaliser l’action des bailleurs internationaux (un des « 3D ») sur la gouvernance et la réforme de l’État revient à ignorer les vingt dernières années de réformes de gouvernance promues par les donateurs. Beaucoup de programmes de changements institutionnels ont été mis en œuvre et des milliards de dollars ont été dépensés sans résultats probants. La plupart des évaluations de ces programmes mettent en évidence le caractère cosmétique des changements par décret et l’écart entre les textes adoptés et leur application. Certains régimes africains utilisent l’argument de la souveraineté pour refuser les réformes ou mènent des stratégies d’enlisement de ces dernières. L’aide internationale a démontré son incapacité à changer l’État néopatrimonial. Par conséquent, si l’on estime que l’une des conditions essentielles pour vaincre l’islamisme radical au Sahel est de demander aux gouvernants de mettre en œuvre des changements profonds qui vont à l’encontre de leurs intérêts directs, on comprend pourquoi la victoire est douteuse.

Les dirigeants français ont ignoré/oublié que l’on ne peut pas gagner des guerres asymétriques et que l’aide internationale n’a pas réussi à changer la gouvernance des États africains – c’est-à-dire que deux des 3D (Défense et Développement) étaient voués à l’échec. Pour avoir oublié ces leçons pourtant bien connues, le gouvernement français se retrouve aujourd’hui dans la même impasse que le gouvernement américain.

Source: Theconversation.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *