Seybou Traoré : « A cœur vaillant, rien d’impossible »

Issu de l’un des quartiers les plus défavorisées, Seybou Traore, est à seulement à 36 ans, le patron du Conseil d’Ingénierie et d’Assistance technique CIATECH) une des plus grandes et crédibles entreprise  de notre pays évoluant dans le domaine de bâtiment travaux pratiques (BTP).          

« Aux âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombre d’années »  Cette belle et légendaire citation  de Pierre Corneille, sied à bien des égards au parcours atypique de l’ingénieur  Seybou Traoré. Rien ne le  prédestinait pourtant à un si  beau et brillant destin. Lui, qui n’est ni le fils de…. ou  de …….. et n’appartient nullement à cette «  micro société fonctionnant avec ses règles, codes, ses initiés et ses retours d’ascenseurs ».

Jouissant d’une grande expérience dans les études de dimensionnement, l’élaboration des plans d’exécution et de contrôles des travaux d’ouvrages, Seybou Traore est titulaire du diplôme d’ingénieur de génie civil (Option Bâtiments Travaux Pratiques) obtenu de hautes luttes à l’Ecole Nationale des Ingénieurs (ENI) en 2010. Auparavant, il avait décroché à la Faculté des sciences Technique (FAST) en 2006 une licence de Physique Appliquée, le  diplôme d’étude universitaire général (DEUG) de physique- Mathématiques de la Faculté des sciences Techniques en 2005 et son baccalauréat scientifique en série sciences exactes en 2005 au lycée Luc Auguste Sangaré (LLAS).

Muni de son parchemin d’ingénieur en génie civil, il affûta ses premières armes au sein de l’entreprise GES Sarl de janvier 2011 à janvier 2012 comme assistant contrôleur. Là, il participa aux travaux de construction d’un bâtiment R+1 à usage de bureaux et d’ouvrages annexes pour le compte de la société Wassoulor, d’un bâtiment R+2 avec sous sol pour le laboratoire national de la santé, du centre de santé de Kalabancoro et de bâtiment R+1 à  usage d’habitations pour des particuliers.

Fort de cette grande expérience professionnelle, il s’engage de février 2012 à Janvier 2013 en qualité d’ingénieurs d’études et de contrôles au Pôle d’ingénieries conseils (PI Conseils).Là-bas, il contrôla plusieurs projets de réalisations de centre de santé dont celui de Siellé et de Segué ( cercle de Kolokani) des études techniques de réhabilitation d’ouvrage de retenue d’eau pour le village de Ballé à Nara etc….. Delà, l’ingénieur Traore se retrouva à la Societe d’exploitation de  mines d’or de Sadiola (SEMOS SA) Anglo Gold Ashanti Mali où il travailla de Février 2013 au 31 mars 2014 comme ingénieur planning. A la recherche du mieux-être, il démissionna de son poste d’ingénieur planning de la mine d’or de Sadiola pour lancer en février 2016, sa propre structure dénommée Conseil Ingénierie Assistance  Technique (CIATECH) qu’il dirige de main de maître.

A sa place, combien de jeunes de sa génération se seraient contenté de la rondelette somme à lui versée comme salaire par la Société d’exploitation de  mines d’or de Sadiola  pour se la couler tout douce au bord de la Falémé  avec les belles mousmés du Khasso? 

Raisonner ainsi c’est mal connaître ce patriote géant, pour qui l’entrepreneuriat à la différence du salariat est le seul facteur d’épanouissement et de contribution à la création de la richesse nationale. Sous sa gouverne, le Bureau d’Ingénieurs (CIATECH) à peine créer, ne cesse de par son sérieux et son expertise avérée d’attirer, d’épater les structures publiques et privées. Lesquelles n’hésitent pas à lui confier des commandes non négligeables. A son actif, le contrôle et la surveillance des travaux de clôture de la parcelle d’expérimentation de la station de recherche agronomique de Diré, des travaux d’entretiens des routes dans le District de Bamako ( SR de Bamako Rive Gauche et Droite), réparation de garde- corps sur le 3ème  pont de Bamako, l’entretien d’une rue non codifiée à Niamana et le contrôle et la surveillance des travaux de raccordements de 100 concessions de la zone industrielle à  la station d’épuration de Sotuba. Aussi, il a été chef de mission pour le contrôle et la surveillance d’une unité de transformation à Faragouan dans le cercle de Bougouni pour le compte de la FAO Mali, chef de mission pour l’étude technique de trois salles plus la direction et la transformation de 7 forages équipés de PMH en système d’adduction d’eau dans la commune de Doukouria ( cercle de Goundam).

Marié et père d’un enfant, Seybou Traoré, membre actif de l’Association Jeunes Et Espoir qui se bat entre autres pour la promotion de la citoyenneté et la consolidation de l’ancrage démocratique, a une maitrise avérée des logiciels : Robot, Auto CAD, Cype, Piste, Microsoft Office et Project.

Alpha Sidiki Sangaré

Correspondance particulière

Laisser un commentaire